Le mot juste…

172

Un de mes amis, suite à une chamaillerie, souhaitait clouer le bec d’une de ses rivales. Connaissant mon goût des mots et des expressions, il me demandait conseil.

D’emblée lui était venu « Trou du Cul ! » mais je voyais qu’il se tortillait assis entre deux chaises et rechignait à valider.

Tu comprends « Trou du Cul » ça pète, mais c’est une femme coquette et toujours proprette. Je ne le sens pas et j’ai peur de prendre un vent.

J’abondais en son sens. Et j’abondais dans tous les autres sens aussi à la recherche d’une expression ravageuse et définitive pour rendre service à cet ami. Connasse ! Tête de nœud !
Casse-couilles ! Flanby® ! Poufiasse ! Vieille Peau ! Tous avaient des mérites, mais tous avaient des faiblesses et la date approchait.

Nous fîmes appel au parler comtois. La liste est longue des injures faites aux femmes. Non pas que nos femmes soient critiquables plus
qu’ailleurs, mais c’est qu’ici notre vocabulaire est riche.

Gaille ! Gadouline ! Mal née ! Vouerie !
Tairtevelle ! Gadeule ! Crouille ! Escornifioue ! Apchatre !…

Nous ne trouvions aucun outrage convaincant.

Les hasards de l’actualité vinrent à la rescousse : Moralisatrice !

Si un Président de Fédération furieux l’utilise contre sa ministre de tutelle et que BFM le reprend en boucle c’est qu’on tient là un joyau ! me dit-il.

J’expliquais que Moralisatrice ! est le plus bel éloge qu’on puisse faire à une ministre chargée de notre jeunesse et même à une simple mère de famille. Mais mon ami a voulu persévérer. Mal lui en a pris. Il a dû démissionner.

Je vous souhaite de toujours trouver le mot juste.