Le Parti communiste prône une large union de la gauche aux élections départementales dans le Doubs

88

Juin 2021, voire en 2022 : pour Matthieu Guinebert Secrétaire départemental du PCF du Doubs, l’essentiel n’est pas la date des élections mais de se regrouper. Le département du Doubs est gagnable pour une gauche largement rassemblée.

Dans une conférence de presse tenue le 16 novembre, le Parti Communiste prend date en demandant une union à gauche clairement en opposition à la politique gouvernementale. Cette union doit reposer sur les cinq piliers principaux des compétences départementales : Agir sur le handicap et la dépendance, favoriser l’accès au RSA, augmenter les moyens de la PMI (Protection Maternelle et Infantile), permettre à plus d’habitants d’avoir accès aux logements sociaux et enfin avoir une action forte au niveau écologique dans un département riche de ses agriculteurs et d’une forêt exceptionnelle.

Christophe Lime chef de file des communistes bisontins, veut une union de la gauche pour les départementales ©YQ

Pour Christophe Lime, chef de file des communistes à la Ville de Besançon et à GBM, “la crise sanitaire a augmenté la précarité. Dans les métiers dépendant du département, les salaires trop bas rendent difficiles les recrutements. C’est le cas par exemple du service des soins à domicile”.

Une stratégie électorale à la mode bisontine

Dans l’histoire récente, le Parti Communiste a toujours privilégié des listes séparées au premier tour “au premier tour, on se compte…au second on se rassemble”, la méthode ne fonctionne plus. “Pour être présents au second tour et gagner le département, nous devons nous rassembler largement comme nous avons su le faire à Besançon lors des municipales dès le premier tour” soulignent Elsa Maillot et Christophe Lime.

Sur la politique sociale et solidaire, axe majeur du département, rien ne divise les forces de gauche. “Nous ne pouvons pas imaginer nous diviser comme cela a été le cas aux sénatoriales, conduisant à l’élection de trois sénateurs de droite” a conclu Christophe Lime.

Yves Quemeneur