Haut-Doubs. Le Pays Horloger, une destination de plus en plus prisée

214
Les animations autour du terroir sont particulièrement appréciées.

Déjà un an que la pandémie a des conséquences à tous les niveaux de la société. Cette longue crise aura peut-être pourtant permis de rapprocher les habitants de leur territoire et de certaines valeurs trop longtemps oubliées. Exemple avec le tourisme.

« Déjà il y a un an, nous avons travaillé comme si nous étions dans une situation normale afin d’être prêts face à toute éventualité » explique Laurence Péquignet, président de l’Office de tourisme Destination Pays Horloger. « Au fil des mois, nous avons eu à cœur de garder les liens avec nos partenaires afin de connaître leur état d’esprit, leurs craintes et leurs attentes. De plus dans le cadre du projet confidences, proposé par la Région, nous avons mis en place des visioconférences afin de connaître les bons plans de nos partenaires et ainsi promouvoir de manière différente la Destination Pays Horloger ». Un lien certes conservé mais avec la convivialité en moins. Sans les rencontres physiques. « Malgré cela, nous avons continué à aller chercher les informations et à les diffuser ». Un geste notamment apprécié par les restaurateurs à qui l’office a donné un coup de pouce pour promouvoir le maintien d’activité avec la vente à l’emporter que beaucoup ont mise en place.

Et finalement, en 2020, « la saison s’est faite ». Un été certes particulier, appréhendé avec toute la prudence nécessaire « mais les touristes ont été au rendez-vous, preuve que notre territoire répond bien aux attentes actuelles : la nature et de grands espaces, un espace de liberté tout en trouvant aussi authenticité et convivialité ». Des éléments qui ont forcément séduit de nombreux citadins après des mois difficiles. « On a clairement senti que notre offre touristique répondait à leurs besoins et ça n’a fait que renforcer notre conviction d’être exactement dans la tendance touristique du moment » poursuit la présidente.

Une tendance qui se confirme

Cet hiver ne fait que confirmer et renforcer ces impressions. « Nous avons bénéficié d’un très bon enneigement, avec seulement les pratiques nordiques certes, mais de nombreuses animations ont pu être mises en place, au Gardot par exemple.  Tout le monde a vraiment envie de sortir, de profiter de l’extérieur puisque ça reste possible. Alors forcément, on connait une saison exceptionnelle avec non seulement des citadins d’autres régions mais aussi beaucoup de gens venus de Besançon ou Montbéliard, et de plus en plus de locaux ». Ces derniers semblent en effet découvrir ou redécouvrir leur territoire, les atouts de la nature autour d’eux. Un retour en grâce du tourisme de proximité avec des loisirs aux portes de la maison, sans avoir à faire des centaines de kilomètres.

« Nous sommes d’autant plus optimistes pour l’avenir que nous sentons aussi une volonté vraiment importante des institutions pour développer le tourisme sur ce territoire où naitra prochainement de Parc Naturel Régional du Doubs Horloger. Chacun apporte sa part pour faire réellement du tourisme une activité économique à part entière » souligne Laurence Péquignet. « Les mois qui viennent, grâce à cette labellisation, le territoire va commencer à évoluer, sa visibilité aussi, y compris au niveau touristique donc nous nous y préparons ». La destination a donc un bel avenir où la présidente espère bien voir les habitants prendre toute leur part. Après avoir repris possession de ces lieux de vie qui peuvent aussi être ceux de leurs loisirs et de leurs vacances, ils devraient en être les meilleurs ambassadeurs.

Quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, tout se prépare en tout cas pour accueillir les amoureux de grands espaces d’ici ou d’ailleurs. « Les animations d’été seront prêtes, les partenaires et hébergeurs espèrent tous un retour à la normale ». Pour qu’enfin se tourne une page et commence la vie d’après. Plus belle encore que celle d’avant en ce qui concerne le tourisme local.