Le prix de l’immobilier dans la région : des variations importantes

63
Le prix de l'immobilier en BFC varie du simple au double.

En Bourgogne-Franche-Comté, selon l’endroit où l’on vit, les prix du foncier ne sont pas tout à fait les mêmes.

Cela n’aura sans douté échappé à personne mais acheter une maison du côté de Chaumont (52) ou à Pontarlier, ce n’est pas la même chose. En effet, dans les franges de l’Est de la région, où se trouve la capitale du Haut-Doubs, la tension démographique est forte. De plus, l’urbanisme est contraint par le relief du massif jurassien. Résultats ? Les prix au mètre carré s’envolent pour atteindre, voire dépasser, en moyenne, les 2200€. Des chiffres qui se rapprochent des départements franciliens et qui classent ce secteur comme étant le plus cher de la région.
“Dans les franges attractives de l’est et du sud-est de la région, le prix moyen des transactions immobilières est élevé, compris entre 1 400 € et 1 600 €. Ces prix sont identiques à ceux observés dans des villes comme Belfort et Mâcon, ou dans les couronnes périurbaines de Dijon et Besançon. À l’instar de la frange suisse, c’est la croissance démographique soutenue dans les franges mulhousienne et lyonnaise qui conduit à des tensions sur le marché du logement et pousse les prix à la hausse. Pour faire face à cette forte demande de logements, la construction neuve et la mobilisation des logements vacants ne suffisent pas toujours. Par ailleurs, la reconversion de résidences secondaires en résidences principales est fréquente, en particulier dans la zone touristique entre Les Rousses et Pontarlier.”, explique l’INSEE dans un communiqué.
Envie de payer moins et les kilomètres ne vous font pas peur ? Rendez-vous à Nevers qui affiche le prix de l’immobilier le plus bas de la région avec une moyenne de 990€ au mètre carré. Pour conclure, le prix moyen des franges attractives de la région se situe aux alentours de 1500€ au mètre carré.