Le verglas n’attend pas l’hiver

252
Un vrai fléau et un piège redoutable pour les automobilistes.

Les moins chanceux ne peuvent pas l’ignorer, le verglas, ce n’est pas qu’en hiver. Contrairement aux gravillons bien visibles, lui ne l’est pas et peut aussi vous faire sortir de route en plein!

Le phénomène du verglas d’été peut apparaitre même quand il n’a pas plu depuis de nombreux jours et sans avoir besoin de températures négatives. Les routes qui ont été énormément fréquentées sont sales ce qui explique ce phénomène sur lequel la gendarmerie alerte sur les réseaux sociaux : « Un dangereux mélange d’huiles, de carburants, de particules de pneus ou encore de poussières de garnitures de frein s’y est déposé, formant une fine couche uniforme. Dès les premières pluies, l’eau qui s’y mêle transforme la chaussée en patinoire ». Cette mince couche de particules s’avère en partie hydrophobe, c’est-à-dire qu’elle repousse une partie de l’eau qui lui tombe dessus. « Un phénomène d’autant plus dangereux que, contrairement au verglas d’hiver, celui-ci ne se voit absolument pas ! »

Les zones les plus propices au verglas d’été sont les grands axes routiers, surtout les zones boisées et les zones d’arrêt. Heureusement ce verglas est le plus souvent très éphémère. En quelques heures la pluie finit par désagréger la matière ou l’évacue sur le bord de la route même si ce n’est pas parce que la pluie a cessé qu’aussitôt, la route ne glisse plus, au contraire. Les conseils de la Gendarmerie : « Pour réduire le risque d’accident, vérifiez bien la pression et l’état des pneus, respectez bien les limitations de vitesse et les distances de sécurité ».