Le zoo de la Citadelle de Besançon, enjeu électoral ?

613
Jardin zoologique de Besançon
L'avenir du zoo de la Citadelle au coeur des enjeux électoraux

L’association « Hunanimo » s’est invitée dans le débat des élections municipales de Besançon. En lançant une pétition pour la fermeture du zoo de la Citadelle de Besançon, l’association de défense des animaux a obligé les candidats à la Mairie à s’interroger sur le devenir d’un parc animalier qui a mal vieilli.

“Un zoo des années 60, avec ses petites cages coincées entre les remparts, prison sans horizon pour des dizaines d’animaux qui ne verront jamais que ces murs dressés entre eux et la vie. Nous ne voulons plus voir ça ! Nous ne voulons plus que Besançon, capitale de la biodiversité, abrite un sinistre lieu de servitude, de captivité et d’oppression !” argumente Virginie Vernay, présidente d’Hunanimo.

Valérie Guy, la directrice de la Citadelle et ses équipes de vétérinaires et de soigneurs, s’irritent d’un constat qui ne reflète pas la réalité. Pour la directrice de la Citadelle, le zoo attire 80% des visiteurs de la Citadelle. Fermer le zoo, c’est aussi priver le site de son intérêt culturel, lieu de promenade et lieu de mémoire avec le musée de la résistance et de la déportation. Elle rappelle que la Citadelle de Besançon est le premier site visité en Franche-Comté.

“A Besançon, 70% des espèces sont inscrites dans des programmes internationaux de protection. Le zoo de Besançon est réputé pour son travail scientifique important. C’est le cas par exemple pour les lémuriens” souligne Mélanie Berthet, vétérinaire à la Citadelle de Besançon.

Pour Ludovic Fagaut (liste « Besançon Maintenant ») il s’agit de repenser globalement l’attractivité de la Citadelle de Besançon. “Besançon s’est endormie depuis l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco”. L’espace animalier doit être repensé, “les grands animaux sauvages n’ont pas leur place à Besançon”. La réorientation touristique du site de Besançon passe aussi pour le candidat de la droite et du centre par « Port Citadelle » projet emblématique sportif et culturel entre la vallée du Doubs et la Citadelle.
Alexandra Cordier (Liste « Ensemble ») est entourée de nombreux défenseurs des animaux. La polémique n’a pas lieu d’être selon la benjamine des candidats. “La Citadelle abrite un jardin zoologique, pas un zoo. Cet espace est mondialement reconnu pour la préservation des espèces menacées”. La candidate qui créera une délégation spécifique au bien-être animal à Besançon,  souhaite aussi réorienter l’attractivité touristique de la Citadelle en offrant une liaison par téléphérique avec le centre-ville.
Jean-Philippe Allenbach (liste « les régionalistes ») a signé la pétition d’Hunanimo. “Si je suis élu, je ferai immédiatement fermer le zoo de la Citadelle” déclare-t-il dans un communiqué. Le candidat franc-comtois souhaite également transférer le musée de la résistance et de la déportation ainsi que le musée comtois sur la place de la Révolution rebaptisée « Place Charles-Quint ». La Citadelle demeurera un lieu de visite des remparts et des fortifications de Vauban.
Pour Anne Vignot (« liste Besançon par nature ») la pétition pose la question de la condition animale, sujet important pour les Verts depuis de nombreuses années. “Le problème n’est pas la question du zoo mais de la présence de grands animaux sauvages dans un espace contraint. Clairement, ce n’est pas possible” selon l’écologiste.

Interpellé sur le sujet, la maire Jean-Louis Fousseret confirme : “une réflexion est engagée pour repenser les aménagements, prévoir les investissements. Cette réflexion inclut le choix des espèces qui devront être présentées”.

C’est l’intérêt touristique de Besançon, son attractivité qui commandera l’avenir d’un jardin zoologique dont l’intérêt scientifique doit être préservé en garantissant le bien-être des animaux.

Yves Quemeneur