Les bâtiments agricoles en constante évolution

17
Pour les chambres d'agriculture, un projet de bâtiment nécessite une réflexion importante en termes de besoins et de fonctionnalité.

Les bâtiments agricoles d’aujourd’hui et plus encore de demain n’ont plus rien à voir avec ceux de la génération précédente. Ils ne cessent d’évoluer au gré des profondes mutations que connaît la profession depuis des années. Exemple avec l’élevage.

Dans le cadre des productions animales, pour la viande comme pour le lait, le bâtiment est le siège de nombreux actes d’élevage comme la reproduction, l’alimentation, les soins ou encore la traite…le lieu de travail privilégié de l’agriculteur qui a donc un impact évident et durable sur ses conditions de travail et les performances économiques, sociales et environnementales de l’exploitation

« La construction d’un nouveau bâtiment avec ses innovations est porteuse d’une nouvelle dynamique pour l’élevage. Il a un impact fort sur la pérennisation, la transmission de l’exploitation et plus globalement sur l’attractivité du métier vis-à-vis des futurs jeunes installés » explique-t-on à la Chambre d’Agriculture qui accompagne les professionnels face aux nombreuses évolutions. .

Les agriculteurs investissent personnellement et de façon soutenue dans leur outil de production. Les exploitations sont en effet désormais installées dans des bâtiments neufs et fonctionnels, isolés des villages pour des contraintes techniques et réglementaires, dans le but de réduire les nuisances vis-à-vis des riverains. Aujourd’hui, une agriculture durable s’inscrit dans une approche globale qui intègre les valeurs sociales, environnementales et esthétiques. Le métier et les attentes des agriculteurs évoluent, ils abordent les projets au niveau fonctionnel et économique, mais s’y ajoutent également des valeurs nouvelles, telles que le confort (pour les animaux et les humains qui y travaillent) et l’image que reflète l’exploitation.

Cette évolution globale s’est amorcée à la fin du 20e siècle avec d’abord une évolution technique des constructions qui mettent en œuvre une architecture de hangar issue du monde industriel pour prendre en compte l’évolution même de l’activité agricole qui se modernise et se concentre avec un regroupement des troupeaux et des exploitations, une rationalisation des process d’exploitation ou par exemple traitements des effluents… Une véritable mutation sociétale qui a imposé qui a paradoxalement entrainé l’éloignement des sites habités pour réduire les nuisances tout en s’ouvrant largement vers le public avec la mise en place d’accueil à la ferme afin de favoriser les circuits courts.

Production d’énergie avec des panneaux solaires, récupération d’eau pour ne pas puiser dans le réseau public, intégration du bois dans la construction pour une meilleure intégration paysagère, aménagement pour réduire la pénibilité du travail et le bien-être animal… les bâtiments agricoles continuent de se moderniser avec en point de mire un coût de revient maitrisé tant en investissement qu’en fonctionnement pour ne pas impacter la pérennité des exploitations.

 

ENCADRE

La méthanisation

Ce processus de plus en plus intégré dans les constructions modernes consiste à produire du biogaz à partir de matière organique, sous l’action de différentes bactéries et en l’absence d’oxygène. Il s’agit de valoriser les produits des exploitations agricoles comme les effluents d’élevage avec, in fine, un retour au sol pour la fertilisation des cultures ou prairies. A l’issue de ce procédé, on obtient en effet du biogaz qui est composé en moyenne de 55% de méthane et du digestat qui contient la matière organique non dégradée, les matières minérales et de l’eau

Les bénéfices de ce procédé font largement consensus puisqu’il permet la production d’énergie renouvelable et l’évolution des pratiques et assolements permettant par exemple d’augmenter l’autonomie en azote grâce au digestat.