Les “cordées de la réussite” à l’ENSMM

332
Élèves et étudiants n'étaient pas nombreux dans le grand amphi de l'ENSMM, crise sanitaire oblige. Ils pouvaient suivre le lancement des "cordées de la réussite" sur la chaîne en ligne de l'école ©YQ

Les “cordées de la réussite” de l’ENSMM 2020-2021 ont été lancées ce lundi 18 janvier par Jean-François Chanet, Recteur de l’Académie de Besançon et Pascal Vairac, Directeur de l’Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques.

Une plus grande équité sociale dans l’accès aux formations de l’enseignement supérieur

Les “cordées de la réussite” ont été imaginées en novembre 2008 pour faire de l’accompagnement scolaire à l’orientation un vrai levier d’égalité des chances. En 2016, les “parcours d’excellence” s’inscrivaient en complément. Depuis 2020, les deux dispositifs ont été fusionnés pour apporter plus de cohérence au tutorat, à l’ouverture sociale et à l’accompagnement à l’orientation.

Destinées en priorité aux élèves scolarisés en zone d’éducation prioritaire (ZEP) ou en quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), les “cordées » s’adressent également aux collégiens et lycéens de zone rurale ou isolée et aux lycéens professionnels. L’objectif principal est de lutter contre l’autocensure des élèves, de susciter leur ambition scolaire en les accompagnant depuis la 4è jusqu’au lycée et à l’enseignement supérieur.

Les jeunes ont du talent
Tutorat, ouverture, accompagnement et solidarité étaient les mots au coeur de l’introduction de Jean-François Chanet, Recteur de l’Académie de Besançon ©YQ

La “cordée de la réussite” 2020-2021 de l’ENSMM mobilise une trentaine d’élèves ingénieurs qui interviennent comme tuteurs auprès de 115 collégiens et 80 lycéens de l’Académie. “Depuis le premier confinement, le sentiment de solidarité entre les jeunes générations a été très fort. Ils ont découvert une autre manière de travailler en commun. Cette solidarité est le fondement des cordées de la réussite” soulignait Jean-François Chanet.

La “cordée” repose sur le partenariat entre une “tête de cordée” (Grandes Ecoles, Université, IUT) et des établissements dits “encordés” qui sont des collèges et lycées d’enseignement général, technologique ou professionnel. La mise en réseau sur un projet commun facilite le passage d’un niveau à l’autre en donnant plus de confiance en soi à des adolescents en quête de repères. Les actions peuvent aller du tutorat en mathématiques, à des ateliers de prise de parole en public ou la découverte de la culture artistique et humaniste (visites de musées ou d’institutions publiques).

En matière d’accompagnement à l’orientation, les étudiants font participer les élèves à des visites d’entreprises, d’organismes de formation ou de laboratoires de recherche.

Les “cordées de la réussite” ne se limitent pas aux élèves ayant de bons résultats scolaires. L’équipe pédagogique veille à inciter tous les élèves et particulièrement ceux qui n’osent pas le faire spontanément. Il s’agit donc d’un dispositif pleinement inclusif.

Au plan national, 575 cordées de la réussite ont été déployées en 2020-2021 accompagnant 200 000 élèves issus de 3 265 établissements d’enseignement secondaire. En Franche-Comté, le rectorat a recensé 17 “cordées de la réussite” portées par des établissements de l’enseignement supérieur et par des lycées avec des formations post-bac.

Tout ce qui peut contribuer à fournir aux adolescents les outils d’une belle réussite scolaire, à les préparer à un futur professionnel enthousiasmant et à leur épanouissement personnel, est bon à prendre.

Yves Quemeneur