Les élus de la minorité au conseil municipal de Besançon préparent la rentrée

1606
Une partie des élus de la minorité au conseil municipal avaient donné rendez-vous à la brasserie 1802, Promenade Granvelle ©YQ

Ludovic Fagaut et ses 10 colistiers débriefaient sur le conseil municipal d’installation du vendredi 3 juillet qui a vu l’élection d’Anne Vignot au fauteuil de Maire de Besançon et de ses 16 adjoints.

Minorité vs opposition

Les onze personnes élues de la liste « Besançon Maintenant » ne veulent pas se placer pas dans une opposition systématique mais dans la co-construction des projets. En parlant de minorité, Ludovic Fagaut entend que la nouvelle Maire de Besançon respecte les 42% des électeurs qui se sont portés sur son équipe.

Un conseil municipal loin des enjeux pour Besançon

“L’époque ne laisse pas de place à l’utopie. Nous serons aux côtés de la majorité si la politique est bonne pour Besançon et nous sommes là pour faire l’unité de la Ville” commence Ludovic Fagaut. Il reste circonspect sur la volonté de la Maire de travailler avec tout le monde. Il s’avoue déçu dans le discours d’installation d’Anne Vignot qui manquait de perspectives et de vision pour la Ville. Il lui reproche aussi le manque d’élégance et de politesse en n’ayant pas salué les élus de la minorité à l’entrée du conseil municipal de vendredi. Ludovic Fagaut ajoute “comme je l’ai dit vendredi, nous avons assisté à un déni de démocratie sur l’élection des adjoints dont la liste avait été adressé avant l’élection”.

Inquiétude sur le devenir de Besançon

Selon les élus de la minorité, le dossier des Vaîtes est particulièrement brûlant avec l’installation d’une ZAD, en totale illégalité. Ils sont inquiets aussi sur l’absence du plan de relance économique comme sur la situation des cantines scolaires alors même que l’adjointe en charge de ce dossier en avait la responsabilité dans l’ancienne mandature. Inquiétude enfin sur la sécurité ; l’adjoint en charge de la tranquillité publique s’était opposé publiquement en 2013 à l’installation de la vidéo-protection à Besançon.

Incompétence ou amateurisme

Ludovic Fagaut s’étonne que l’on confie à une personne de 26 ans, sans expérience dans le pilotage d’équipes, la gestion des 3 000 agents de la Ville. Comme il s’étonne qu’un budget de 220 millions d’euros soit confié à un jeune adjoint chargé de TD à l’université de Franche-Comté. “Nous ne voyons aucune feuille de route de la nouvelle municipalité” ajoute Claude Varet. L’avocate de 60 ans installée depuis 1994 à Besançon s’insurge sur l’absence d’un adjoint au commerce alors que le dispositif « Cœur de ville » concerne spécifiquement Besançon et pas la communauté urbaine. Ludovic Fagaut enchérit sur les trois adjoints en charge des quartiers. “Celui qui a en charge Planoise ne connaît pas le quartier et a demandé à Jamal-Eddine Louhkiar (9ème des élus de la minorité) de lui servir de guide…”.

Le 15 juillet 2020, le conseil municipal de Besançon votera son budget et le 16 juillet, les 128 membres du conseil communautaire éliront l’exécutif de la communauté urbaine de Grand Besançon Métropole et ses 68 communes, véritable lieu de pouvoir pour le territoire bisontin. Ludovic Fagaut attend un signe d’Anne Vignot et pourquoi pas un poste de vice-président attribué à la minorité. Il conclut son propos “Étonnez-nous Madame Vignot, on veut que Besançon réussisse”.

Yves Quemeneur