Les Humeurs Cérébrales en concert à Morteau

169
Laissons les enfants d'aujourd'hui être des enfants ! Reprenons pour nous un peu de cette légèreté qui nous manque en grandissant.

On les croirait montés sur ressorts lorsqu’ils sont sur scène ! Leur énergie communicative et leurs chansons nous donnent envie de sauter, de danser et redevenir un instant l’enfant que nous étions il n’y a pas si longtemps. Les Humeurs Cérébrales nous embarquent dans leur univers déjanté avec un tout nouvel album et un concert à venir sur Morteau. Geoffrey (le chanteur du groupe, NDLR) parle au nom de tous.

Parlez-nous donc de ce tout nouvel album !
Il vient tout juste de voir le jour ! Il mesure 143 mm, pèse 68g et s’appelle “Viens, on disait qu’on était des enfants !” ! On est très heureux de sa venue, il nous a demandé encore plus de travail que les autres.

Il fut plus difficile à travailler ?
Il a demandé du temps surtout. Il est le fruit d’un travail collégial. Nous y avons tous apporté un peu de nous, c’est probablement le plus mature dans sa construction. Il a nécessité plus d’un an de travail et franchement, on est plutôt fiers du résultat ! En plus, il a pu se réaliser grâce au soutien sans faille de nos fans qui ont largement participé à un financement Ulule ! On peut dire que c’est une publico-production ! (rires)

De quoi parle cet album ?
Comme son nom l’indique – ou pas (rires) – il évoque cette part d’enfance qu’on a abandonnée en cours de route, on ne sait pas trop où. Nous approchons tous les six de la trentaine et même si Thomas et moi avons arrêté de grandir en sixième (rires), on se pose tous les mêmes questions sur le fait de vieillir. Et surtout, quand avons-nous cessé de regarder le monde avec nos yeux d’enfant ?

Y aurait-il une part de nostalgie dans vos propos ?
On s’interroge surtout sur le “comment on en est arrivé là ?”. On aimerait bien retrouver cette candeur enfantine qui nous fait voir le monde sans drame, avec insouciance et émerveillement. Et puis, on s’interroge aussi sur ce que sont devenus les enfants d’aujourd’hui et sur les dangers des réseaux sociaux. Le “paraître”, le désir de plaire devient omniprésent et la volonté de faire le buzz va parfois plus loin que le respect porté à autrui. Faire du “like” à tout prix ! C’est affolant !

Pourtant, quand on vous voit sur scène, on se dit que votre part d’enfance à vous n’est pas bien loin !
On a cette chance extraordinaire de pouvoir la laisser s’exprimer sur scène ! On redevient de grands enfants sans complexe. D’ailleurs, on a des témoignages de spectateurs qui nous disent qu’on est de vraies cures de Jouvence ! C’est génial ça ! Ça nous donne encore plus envie … de ne rien changer !

On vous a connus avec des chansons festives …Seriez-vous devenus sérieux ?
Absolument pas (rires) ! On peut très bien parler de choses sérieuses tout en restant légers ! Et puis, rassurez-vous, il y aura toujours des chansons à boire comme on dit ! Le concert qu’on vous prépare ne dérogera pas à la règle !

Parlons-en justement de ce concert : où ? Quand ?
Nous sommes en résidence à l’Escale de Morteau à partir du 6 janvier et on donnera un concert à l’issue de cette semaine, au même endroit, le 11 janvier. Il y aura les nouvelles chansons de l’album, du fun et du plaisir, tout simplement !

Les Humeurs Cérébrales à l’Escale de Morteau, samedi 11 janvier, 19h.
Réservations sur www.infoconcert.com
L’album « Viens, on disait qu’on était des enfants ! » est en vente sur le site du groupe (www.leshumeurscerebrales.com) et à l’issue du concert.