Les modalités d’obtention d’un prêt et les taux actuels

683
Prenez le temps de bien préparer votre dossier et pensez à comparer les offres.

Obtenir un prêt immobilier auprès des banques nous fait toujours penser au parcours du combattant mais il n’en est rien, surtout avec un dossier bien préparé.

On ne va pas se mentir, les banques apprécient surtout les situations financières stables et saines. Autrement dit, un couple en CDI avec un compte bancaire qui reste dans le vert en permanence est une excellente base. Mais dans la réalité, ça ne se passe pas toujours comme. Alors, tout est soigneusement décortiqué et chaque profil d’emprunteur a une chance de décrocher un prêt immobilier.
Les banques s’intéressent à plusieurs critères : vos revenus, votre apport, votre capacité d’endettement, votre capacité à épargner, votre profession et enfin la gestion de votre compte courant.
Pour obtenir un prêt immobilier, il est important de commencer par choisir un bien immobilier à la hauteur de vos moyens. Un bien trop cher, qui vous mettrait dans l’embarras financier, vous fera manquer votre emprunt. En effet, le banquier calculera votre taux d’endettement qui ne doit pas excéder 30% (sauf si vous avez des revenus importants auquel cas 33% seraient acceptables) ou bien calculera votre reste à vivre. Car, pour lui comme pour vous, il est impensable de vous octroyer un prêt immobilier si très vite, on se rend compte que vous ne pourriez pas le rembourser. Dans la même idée, la différence entre votre loyer actuel et le remboursement de votre prêt ne doit pas être trop important. Enfin, si votre compte bancaire présente des découverts à répétition ou que vous multipliez les crédits à la consommation, vous risqueriez d’effrayer quelque peu votre interlocuteur. Si vous voyez que ces dernières données risquent de jouer en votre défaveur, prenez le temps nécessaire pour assainir vos comptes. Un compte bancaire bien tenu sera alors bien plus recevable.

Un apport apprécié

Un autre point apprécié des banques est l’apport financier au projet. Il est souvent demandé d’apporter l’équivalent de 10% du prix du bien immobilier. Si cette somme vous paraît trop importante, vous pouvez apporter au minimum le montant estimé des frais de notaire. C’est déjà un bon début ! Toutefois, certaines banques étudient tous les dossiers, même sans apport.

Que faire en cas de refus ?

Vous pouvez, comme dit précédemment, assainir vos comptes bancaires, repousser l’achat ou trouver un bien plus adapté à vos revenus. Vous pouvez également présenter votre dossier à d’autres banques que la vôtre, présentant une politique différente.

Quels sont les taux du moment ?

L’année 2019 est une année record en terme de taux bas. Désormais, les acquéreurs peuvent emprunter à des taux inférieurs à 1,10%, sur les durées courtes de remboursement (moins de 15 ans). Une tendance qui profite à tous les acquéreurs et notamment aux primo-accédants qui dynamisent le marché. Pour la première fois, les meilleurs profils peuvent par ailleurs emprunter sur 25 ans au taux de 1 % voire même de 0,85 % pour les plus aisés. De quoi permettre au plus grand nombre d’accéder à la propriété ou d’investir dans le locatif. Ce contexte très favorable ne devrait pas faiblir d’ici l’été 2020*. De quoi prendre le temps de peaufiner son dossier et d’accéder enfin à votre rêve de devenir propriétaire.

*Source : le-taux-immobilier.com