Les Premiers Sapins. La Poulaille Rit, lieu de partage

198
Le poulailler a été construit et décoré par les bénévoles.

A qui est donc cette douzaine de poules au cœur du village de Nods ? Elles n’ont pas qu’un propriétaire mais appartiennent à un groupe de familles rassemblées pour créer ce premier poulailler partagé qui présente de nombreux atouts.

Avec la montée dans l’opinion de la prise de conscience environnementale, les poules ont gagné leur réputation de véritables composteurs sur pattes ! Elles sont en effet capables d’éliminer chacun 150 kg de déchets organiques chaque année. Une réalité qui n’a pas échappé à Mélanie Paris, une habitante des Premiers Sapins, membre de Familles Rurales et désormais élue municipale. « C’est un projet de longue date puisque nous en parlions depuis trois ans au sein de la commission environnement. Nous avions vu ce concept dans d’autres villages en nous disant pourquoi pas ici… ».

Convaincue par l’idée, l’association Familles Rurales a porté administrativement le projet par le biais de l’Espace de Vie Sociale et la commune a mis un terrain à disposition à Nods près de la Maison des Services : « Les poules sont arrivées en mai 2020 dans leur parc de 200 m² où on a installé un abri de 20 m² ».

Sept familles participent à cette aventure de poulailler partagé ce qui représente une vingtaine de personnes. « Nous nous occupons du poulailler à tour de rôle sept jours sur sept. Chaque famille assure durant deux jours consécutifs la mission de nourrir les poules avec des déchets de cuisine et des grains, de leur donner à boire, de nettoyer…et bien sur de récupérer les œufs ! » poursuit Mélanie Paris.

Au-delà des considérations environnementales, La Poulaille Rit a bien d’autres vertus comme de favoriser les liens dans la commune mais aussi en faire un support pédagogique ce qu’a bien compris la CAF qui a elle aussi apporté son soutien. « Les enfants du périscolaire sont venus nous aider à peindre l’abri et on aimerait qu’à l’avenir, les écoles en fassent un lieu d’apprentissage .

Si la réussite se confirme, d’autres poulaillers partagés pourraient aussi éclore dans les autres villages des Premiers Sapins…