Les règles du confinement

431
règles du confinement
Cette "guerre sanitaire" n'est pas virtuelle. Nous sommes chacune et chacun responsables de l'éradication du virus - photo d'illustration

Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur l’a précisé lundi soir. “Le mot d’ordre est clair. Restez chez vous !”

A compter de ce mardi 17 mars 12h, chaque personne circulant à l’extérieur de chez elle (y compris donc les piétons) devra fournir une attestation pour chaque déplacement qui sera produite aux forces de l’ordre en cas de contrôle (points fixes ou mobiles de contrôle). Ce sont 100 000 policiers et gendarmes qui sont chargés de ces contrôles.

L’attestation obligatoire
attestation de déplacement
Cette attestation peut être établie manuscrite sur papier libre pour les personnes ne disposant pas d’accès Internet ou d’imprimante

L’absence d’attestation pourra justifier une amende de 38€, voire 135€ à compter de ce jour. Cette attestation sur l’honneur est téléchargeable sur le site www.interieur.gouv.fr. Les personnes ne disposant pas d’un accès internet ou d’une imprimante ont la possibilité de remplir l’attestation sur papier libre.

Les déplacements tolérés

Le ministre de l’intérieur a détaillé les motifs éventuels de déplacements :

-ceux entre le domicile et le travail et inversement (à condition que le télé-travail ne soit pas possible)

-pour aller faire ses courses (il est fortement recommandé qu’une seule personne du foyer se déplace dans un magasin et si possible pas quotidiennement)

-pour raisons de santé (visites à un médecin ou un professionnel de santé de ville)

-pour “motif familial impérieux et l’assistance de personnes vulnérables” a précisé le ministre.

Ne pas faire peur

“…on pourra toujours pratiquer une activité physique ou sortir son chien pour des déplacements brefs à proximité des domiciles…on peut prendre l’air, sans se retrouver en groupe” rassure le ministre. Est-ce rassurant ou irresponsable ? Le confinement à domicile ne se découpe pas en morceaux. Il doit être respecté totalement si l’on veut réduire drastiquement et rapidement la propagation de ce virus.

Français, nous sommes facilement rebelles. C’est notre charme et notre intelligence collective. Face à cette guerre sanitaire, nous devons être unis. En nous protégeant, nous protégeons les autres. En ne sortant pas, nous faisons en sorte que cette épidémie régresse plus rapidement. Et le 21 juin, nous pourrons chanter et danser dans les rues pour la fête de la musique. Et le 21 juin, nous pourrons conclure un épisode électoral qui a encore démontré ce 15 mars l’inconsistance du personnel politique.

Yves Quemeneur