Les sangliers toujours aussi présents

313
600 000 € c'est le coût cette année des dégâts engendrés par les sangliers dans le Doubs.

Ils étaient encore au cœur des discussions lors de la récente assemblée générale de la fédération de chasse du Doubs du fait des dégâts qu’ils causent et d’un autre danger qui inquiète.

En cinq ans à peine, le nombre de prélèvements de sangliers autorisés aux chasseurs dans le Doubs a été plus que doublé. Malgré cela, les dégâts que ces animaux causent aux cultures ne retombent pas et ils se chiffrent sur une année à pas moins de 600 000 €.  Une somme importante et des tensions sur certains secteurs qui interrogent encore une fois sur la nécessité d’accroitre encore le nombre de prélèvements à l’avenir. A cette première inquiétude s’ajoute depuis quelques mois la crainte de voir la peste porcine s’installer dans nos campagnes. A ce jour, elle n’a officiellement pas franchi la frontière et reste confinée en Belgique voisine. Mais chasseurs et agriculteurs sont là aussi d’accord pour rester vigilants et rigoureux tant que la menace n’est pas éloignée. si cette maladie n’a toujours pas été officiellement observée en France et qu’elle n’est pas transmissible à l’homme, elle n’en demeure pas moins très contagieuse, mortelle et sans vaccin pour les sangliers comme pour les cochons d’élevage.

Enfin, ce rendez-vous annuel a été l’occasion de revenir sur les règles de sécurité à respecter par les chasseurs afin d’éviter les accidents. Ce qui passe par une meilleure compréhension entre les uns et les autres, un impératif que la fédération prend en compte notamment à l’occasion de l’opération “Un dimanche à la chasse” qui sera reconduite. Dans le même état d’esprit, il y a plus d’un an, la fédération nationale de chasse et celle de la randonnée pédestre signaient une convention de partenariat afin de renforcer le “bien vivre ensemble“ et la compréhension mutuelle. Sécurisation des sites, travaux communs d’aménagement, rencontres fréquentes…c’est ce modèle de dialogue et de prise en compte des attentes de chacun que la fédération de chasse du Doubs défend depuis des années avec tous les autres usagers de la nature et entend poursuivre.