Les vaches ne mangeront plus de pneus

830
Un joli nid pollué !

C’est un grand pas en avant qui vient d’être effectué pour le bien-être de nos bovins.

Voir des pneus retenir des bâches protégeant des balles de foin dans les champs ne choque plus personne. Cela fait partie de nos paysages depuis les années 1970 lorsque l’idée avait été lancée, afin de redonner une deuxième vie aux pneumatiques usagés. Mais depuis 2015, la marche arrière est actionnée. En cause : des études qui ont démontré que les vaches, en broutant innocemment l’herbe verte de nos campagnes, ingéraient également des micro-caoutchoucs et des fils de ferraille. Des pollutions hautement toxiques pour les ruminants qui ont alors développé une nouvelle pathologie : la maladie de la quincaillerie. Les vaches touchées souffrent alors de péritonites, des abcès, de la fièvre, une perte d’appétit et une baisse de production de lait.
Il est donc largement temps de nettoyer nos prés de ces déchets de gomme. Il en reste environ 700 000 tonnes dans la nature. La réglementation prévoit de supprimer jusqu’à 15 000 tonnes par an, ce qui représente 2,4 millions de pneus. Les fabricants, répondant à la loi “Pollueurs payeurs” s’engagent à récupérer les pneus usagés et à les recycler. Un autre point positif à ces retraits la limitation de nidification de nids de guêpes ou de moustiques-tigres.
D’autres déchets dangereux, tels que canettes ou clous pour ne citer qu’eux, sont ingérés par les vaches. Il en va de la responsabilité de chacun désormais, de limiter ces gestes d’incivilité qui peuvent avoir des conséquences fatales pour les animaux.