Les Vaites “Sortons de l’impasse”

302

Dans un communiqué publié ce vendredi 24 juillet, les 11 conseillers municipaux du groupe « Besançon Maintenant » réagissent à la polémique autour de l’éco-quartier et sur la “tour de vigie”.

Pour Ludovic Fagaut et son groupe d’opposition à la mairie, “ils saluent l’annonce faite par Anne Vignot, Maire de Besançon, concernant l’arrêté à venir pour procéder à la destruction de la tour de vigie”“Cette structure en bois pose de sérieux problèmes de sécurité” ajoute Ludovic Fagaut qui s’oppose par ailleurs à des femmes et des hommes qui occupent illégalement le site au nom de la désobéissance civile. “Nous sommes pour le respect de la loi”.

“Sortons de l’impasse”

Sur le fond, celui qui s’est toujours opposé à la bétonisation de ce quartier, rejoint les citoyens et les associations mobilisés pour la défense des Vaites. “Cette bétonisation a été voulue par la majorité précédente dont Madame la Maire et certains de ses adjoints sont comptables”. L’opposition municipale “soutient les revendications pour un meilleur respect de la biodiversité sur les 23 hectares de terrain prévus pour l’éco-quartier…”

Ludovic Fagaut demande de façon urgente à la Maire de “sortir de l’impasse actuelle avant d’être obligée d’en sortir par la force…avant l’arrivée éventuelle d’activistes habitués des ZAD de toute l’Europe”.

Alliance contre nature mais pour la nature

Ludovic Fagaut, qui avait porté pendant la campagne des municipales de Besançon le projet « Terra Vesontio », salue “les excellentes idées développées dans l’alter-projet des Vaites”, porté par Claire Arnoux, chef de file de la France Insoumise et Présidente des « jardins des Vaites ». Jardins populaires, ferme urbaine, développement des zones maraîchères, production locale, circuits courts, les deux projets sont “agro-écolo-compatibles”.

“Sur ce sujet” conclut Ludovic Fagaut, “nous sommes d’accord : non à la bétonisation des Vaites et oui à un projet réorienté en concertation avec les habitants”

Un mois après son élection, Anne Vignot réussit l’exploit de rassembler contre elle « la France Insoumise » et « les Républicains ».

Yves Quemeneur