Les Vaîtes, enfin une décision ?

209
Les élus municipaux de Besançon ont retrouvé leurs marques dans la salle du conseil Place du Huit Septembre après une année de pandémie ©YQ

Beaucoup de temps avant le premier coup de pioche au pied de la colline des Biquets, c’est la conclusion du vote en conseil municipal de Besançon concernant la construction de l’éco quartier des Vaîtes.

Les opposants au projet des Vaîtes ont bénéficié de la suspension de séance du conseil municipal pour redire leur détermination ©YQ

« Le Jardin des Vaîtes » l’association de lutte contre le projet menée par Claire Arnoux (l’ancienne candidate de la France Insoumise) a réussi à suspendre par deux fois la séance du Conseil municipal. Les fumigènes avaient déclenché l’alarme incendie du bâtiment restauré après l’incendie de 2015. On comprend les précautions du service de sécurité. Après une année de nomadisme municipal à la Chambre de Commerce, les élus de la Ville de Besançon ont retrouvé la salle du Conseil Place du Huit Septembre.

Mise en bouche avec la rentrée scolaire

Claudine Caulet, l’adjointe en charge de l’éducation, des écoles et de la restauration scolaire, a subi le feu nourri de l’opposition sur les 481 enfants encore refusés dans les cantines scolaires pour cette rentrée (sur 4 747 demandes acceptées quand même). « Nous avons dû faire face à des demandes arrivées tardivement et à un nombre particulièrement important d’impayés (114) pour lesquels les dossiers d’inscription ont été refusés. A cela s’ajoute la pénurie d’animateurs périscolaires empêchant l’encadrement des enfants à la pause méridienne. Au 1er octobre, il manque encore une trentaine d’animateurs périscolaires à la Ville de Besançon« . Pourtant, souligne Claudine Caulet, « nous avons apporté des solutions à la précarité de ces métiers difficiles et aux horaires hachés : en proposant une pérennité de l’emploi avec des CDD allant jusqu’à trois ans et une revalorisation des rémunérations par l’annualisation ». Dont acte, répond l’opposition qui se place sur le terrain politique des cours de récréation réhabilitées. « Il faut dépolitiser les cours d’écoles au lieu de les dégenrer » s’insurge Laurent Croizier (Modem).

« Les trois promesses de campagne, nous les avons tenues »

Anne Vignot engage le débat sur le projet « revisité » des Vaîtes. « Nous voulions un avis scientifique, un avis citoyen avant de mettre au vote des élus un projet vieux de 15 ans. Nous avons la légitimité scientifique, citoyenne et ce soir nous aurons la légitimité démocratique ».

« On ne lâche rien » claironnent les opposants au projet d’éco quartier des Vaîtes ©YQ

Dans la présentation du nouvel éco quartier, Aurélien Laroppe Adjoint à l’urbanisme (EELV) évoque la question « quelles formes urbaines dans le monde du XXIème siècle », le sujet spécifique des Vaîtes n’étant que la part émergée d’une volonté de décroissance démographique de toute l’agglomération bisontine (moins de constructions nouvelles en ville et moins d’artificialisation des sols en périphérie, c’est au final moins d’habitants…)

Pour l’opposition, c’est Guillaume Bailly (LR) principal artisan du projet de campagne « Terra Vesontio » qui monte au créneau « Avec la construction de 600 logements aux Vaîtes, nous avons une maire écologiste qui bétonne, une promotrice de la bétonisation des espaces naturels. La facture est lourde qui engage deux fois plus de dépenses pour deux fois moins de logements ».

De leur côté, les élus communistes…de la majorité sont partagés : « on ne construit pas assez de logements et surtout de logements sociaux » souligne Hasni Alem. Quant à Pascale Billerey (A Gauche Citoyens) l’objectif est de « sauver la planète » ! Nicolas Bodin (PS) ancien adjoint à l’urbanisme de Jean-Louis Fousseret et chantre du projet initial des Vaîtes accepte de « composer à la réécriture du projet initial ». Pour conclure, Anthony Poulin (EELV) parle d’un « projet écologique et solidaire » !

La réhabilitation du centre-ville est passée sous silence sinon la question de Ludovic Fagaut (LR) sur la réaffectation en logements des services de l’Etat transférés au pôle Viotte.

Très logiquement, le projet revisité proposé par la maire écologiste de Besançon a été voté à une large majorité : 40 voix pour et 15 abstentions.

Il reste les inconnues judiciaires. Après la décision du Conseil d’Etat en 2020, suspendant les travaux, il appartiendra au Tribunal Administratif de se prononcer à nouveau sur un projet qui suit (partiellement) les attendus du Conseil d’Etat. L’association « le jardin des Vaites » et France Nature Environnement 25-90 vont probablement remonter au créneau pour exiger le retour total de ce quartier à sa vocation naturelle et agricole. De façon étonnante, la France Insoumise et Les Républicains font une alliance de circonstance face à la nouvelle majorité.

Yves Quemeneur