L’exemple de Guyans-Vennes

113
Depuis 2016, une charte a été mise en place pour expliquer ce qu'est la vie à la campagne.

Dans ce petit village de moins de 1000 habitants « où il fait bon vivre », la population est en augmentation. Il y a trois ans, la mairie a donc anticipé d’éventuels conflits en éditant une charte. Un texte certes non-contraignant mais très explicite pour qui veut vire ici.

L’équilibre et le charme de cette commune dynamique tient tout autant de son environnement, de ses entreprises que de ses activités agricoles. Un dynamisme qui se traduit par la présence de deux écoles et de plusieurs commerces de proximité, ainsi que par les nombreux évènements festifs qui ponctuent l’année. « Beaucoup d’atouts donc, qui sont des facteurs attractifs que nous nous devons de préserver. C’est pourquoi cette charte, que le conseil municipal vous propose de découvrir et surtout d’appliquer, témoigne d’une volonté de faire cohabiter l’ensemble de la population en harmonie » note-t-on en introduction. « Elle s’adresse à tous les habitants de Guyans-Vennes, anciens comme nouveaux, ainsi qu’aux candidats habitants. Elle permet entre autres de rappeler que la vie en milieu rural, si elle présente l’avantage d’offrir un cadre de vie considéré comme idéal par beaucoup, s’accompagne également de quelques désagréments dont il faut être conscient avant d’y construire un projet de vie ».

Cette charte a donc été diffusée largement dans le village, afin que tous les habitants puissent s’en inspirer dans leurs pratiques de vie quotidienne. Chaque nouvel arrivant s’est également vu remettre un exemplaire lors de son installation sur le territoire communal. « Elle invite chacun d’entre nous à s’engager moralement pour que la vie dans notre commune soit encore plus conviviale ».

Pour reprendre l’exemple emblématiques de l’église, il est par exemple écrit dans ce texte : « Notre belle église aime sonner l’heure, le quart d’heure et la demie, de jour comme de nuit. Elle accompagne également les Guyans dans les moments forts de leurs vies, tels que les mariages et les baptêmes religieux, ainsi que les décès et les enterrements. Les habitants de la commune sont attachés à ce patrimoine historique et artisanal, qui nous rappelle qu’avant l’ère de la technologie, les villageois aimaient entendre sonner les cloches ! »