Ligne des Horlogers : un investissement majeur pour une utilisation mineure

353
Les élus signataires de la résolution sur l'amélioration de la desserte ferroviaire entre Besançon et La Chaux-de-Fonds ont présenté leurs doléances le 23 décembre 2021 au siège de la communauté de communes des Portes du Haut-Doubs ©YQ

Six maires et présidents d’intercommunalités, qu’ils soient suisses ou français, concernés par la desserte ferroviaire entre Besançon et la Chaux-de-Fonds ont présenté le 23 décembre le texte d’une résolution en faveur d’un renforcement de l’offre sur cette liaison ferroviaire.

L’axe Besançon / Haut-Doubs, l’un des plus dynamiques de Bourgogne Franche-Comté

Ce constat d’un dynamisme démographique et économique n’est pas, pour le moment, considéré comme un axe structurant dans le schéma régional d’aménagement des territoires (SRADDET).  Pourtant, comme l’a rappelé Cédric Bôle, le Maire de Morteau et Président de la communauté de communes du Val de Morteau « Nous nous sommes tous battus en 2017 pour la survie de cette ligne et sa modernisation. Les 75 km linéaires de la ligne (de Besançon au col des roches) alimentent un bassin de vie de plus de 300 000 habitants ». Cédric Bôle ajoute le niveau de saturation sur la partie frontalière (Morteau – La Chaux-de-Fonds) et sur l’axe central (Besançon – Valdahon).

Le développement de l’offre ferroviaire concerne bien entendu les 10 000 pendulaires qui franchissent quotidiennement la frontière pour aller travailler en Suisse. Il concerne également les nombreux actifs de l’agglomération bisontine. Et d’autres facteurs militent en faveur d’un cadencement amélioré, comme le tourisme de proximité. Jean-Claude Grenier, Maire de l’Hôpital-du-Grosbois et Président de la communauté de communes Loue Lison souligne « Le Dino-Zoo accueille 130 000 visiteurs par an et le gouffre de Poudrey 80 000. La Région n’a pas pris la mesure du potentiel de la ligne. Elle a réalisé un investissement majeur pour une utilisation mineure ».

Une résolution pour une offre ferroviaire adaptée
La ligne des Horlogers, un axe structurant entre Besançon et la Suisse pour un territoire dynamique

Pour les signataires de la résolution, la ligne des Horlogers est un maillon-clé de la dynamique interterritoriale. L’évolution de l’offre doit intervenir en priorité sur l’adaptation de la desserte (fréquence et horaires) en coordination avec les communes concernées et avec les utilisateurs (salariés, entreprises, habitants des territoires traversés et touristes) au travers en particulier de comités de concertation de la ligne. Irrités, les élus des territoires auraient souhaité avoir connaissance de la grille horaire 2022 des TER en amont de sa mise en place. C’est l’offre améliorée qui permettra d’augmenter la demande des utilisateurs. Ils attendent également un programme de communication dynamique pour informer les usagers (actuels et potentiels) à faire le choix du train. C’est enfin le remplacement du matériel roulant pour augmenter la capacité et le confort des rames en intégrant l’après-diesel en conformité avec les exigences de la Suisse d’ici 2030. « Les investissements ferroviaires sont dans un temps long. Ils doivent prendre en compte les évolutions technologiques au niveau commercial (billettique et réservations) et au niveau des motorisations (trains à hydrogène) ».

La ligne entre le Col des Roches et La Chaux-de-Fonds opérationnelle en mars 2022

Côté Suisse, Théo Huguenin-Elie, conseiller communal de la Chaux-de-Fonds et Cédric Dupraz, conseiller communal du Locle, insistent sur le projet d’électrification de la ligne entre Morteau et Neuchâtel. « Le projet suisse, à l’horizon 2035 est d’offrir une ligne directe jusqu’à Neuchâtel avec un cadencement toutes les 15 minutes ».

Pas de colère de la part des élus français et suisses, une irritation peut-être de ne pas être associés aux décisions de la Région et de la SNCF. Ils attendent des autorités organisatrices de transport (AOT) un travail de co-construction des offres ferroviaires franco-suisse, « dans un dialogue constructif ».

Il reste une inconnue ! En 2023, la Région sera tenue d’ouvrir le marché du transport de voyageurs. Et si de nouveaux opérateurs s’intéressaient à cette ligne par des offres innovantes additionnant les trains structurants aux heures de pointe et des matériels autonomes pour les dessertes locales. On retiendra le propos de Cédric Bôle le Maire de Morteau « Nous avons vocation à être un territoire d’expérimentation ».

Pour le moment, ni la Région, ni la SNCF n’ont répondu à la résolution signée par tous les élus de Besançon à la Chaux-de-Fonds.

Yves Quemeneur

Signataires de la résolution : Anne Vignot (Présidente de Grand Besançon Métropole) – Cédric Bôle (Président de la communauté de communes du Val de Morteau) – François Cucherousset (Président de la communauté de communes des Portes du Haut-Doubs) – Jean-Claude Grenier (Président de la communauté de communes Loue Lison) – Théo Huguenin-Elie (conseiller communal de la Chaux-de-Fonds) – Cédric Dupraz (conseiller communal de la Ville du Locle) et Pierre Vaufrey (Président de l’Agglomération Urbaine du Doubs transfrontalière).