Lilian Renaud brise le silence

2531
Je suis toujours autant touché de voir que les gens qui m'écoutent trouvent parfois dans mes chansons un écho à leur propre vie

L’année 2019 signe le grand retour d’un artiste unique, à la voix envoûtante. Lilian Renaud met fin à trois années de silence avec un nouvel album. Il accepte de revenir pour nous sur son parcours et ce qui forge aujourd’hui son identité d’artiste.

Comment s’est passée votre expérience The Voice ?
J’ai eu la chance de participer à cette émission en compagnie du coach Zazie. C’est une artiste entière qui m’a apporté beaucoup de conseils. Elle est très posée, très ouverte. Et bien sûr, grâce à cette victoire à l’émission, j’ai acquis une certaine notoriété et j’ai pu signer un contrat avec le label Mercury.

C’est sous ce label que vous avez signé vos deux premiers albums ?
Oui, tout à fait. J’ai sorti “Le bruit de l’aube” en 2015 et “Le cœur qui cogne” en 2016. Même si j’ai apprécié travailler avec toute l’équipe, j’ai souhaite retrouver ma propre identité ainsi que ma liberté artistique. J’en avais assez d’être entouré de personnes qui donnent leur avis sur tout et rien. C’est pourquoi j’ai choisi de passer en auto-production pour mon troisième album éponyme, sorti en mai 2019. Ca m’a permis d’être plus honnête avec moi-même.

Avec qui travaillez-vous aujourd’hui ?
Avec un formidable musicien qui est Lee Catterson. Il possède son propre studio et une vision de la musique qui me correspond totalement. Nous préparons ensemble mon quatrième album et il m’aide sur les textes en anglais. Il compose également et structure mes chansons.

Vous jouez de quel instrument de musique ?
En plus de la guitare que l’on m’a souvent vu gratter, je joue du piano et des basses. Lorsque sur les chansons il y a besoin d’une bonne batterie, d’un violon ou encore d’un accordéon, je fais appel à des musiciens professionnels.

On vous a beaucoup présenté comme le fromager devenu chanteur. Est-ce que cette image vous colle toujours à la peau ?
On ne va pas se mentir, l’image du fromager à béret, à la longue, ça lasse un peu. Mais finalement, c’est aussi ce que je suis ! Je suis fier de mes origines et de cet accent plutôt remarquable. On a voulu que je le gomme, surtout au niveau des “r” mais ils n’ont pas tellement insisté. Cela fait partie intégrante de mon identité régionale.

Quelles sont vos influences musicales ?
Elles sont multiples. Elles sont folk, celtiques, irlandaises avec du gospel. En fait, j’adore la mélodie ! Quant aux thèmes évoqués, ils sont variés. Ce sont souvent des sujets qui me touchent et qui, je me rends compte, parle à beaucoup de gens. C’est le cas par exemple de ma chanson “Quoi de plus beau” qui évoque le sujet délicat du suicide chez les agriculteurs.

Vous voilà de retour sur scène. Comment vous y sentez-vous ?
C’est toujours un exercice en ce qui me concerne ! Mais une fois sur scène, je me sens à l’aise. Je suis heureux de voir que le public passe un bon moment et met ses tracas de côté, le temps du concert. Et puis, j’ai le bonheur de recevoir de nombreux témoignages très positifs de la part de personnes qui se retrouvent dans mes chansons. Voilà la meilleure raison pour moi de continuer à chanter !

Lilian Renaud sera en concert le 29 janvier à l’espace Pourny de Pontarlier et le 1er février au théâtre de Lons-le-Saunier. Réservations dans les sites habituels (infoconcert, centre Leclerc …).
Les albums de Lilian Renaud sont disponibles dans tous les points de vente habituels.