L’incendie de la fourrière de Planoise résolu grâce à la vidéo-protection

93
Planoise

Au terme de 18 mois d’enquête et d’instruction, les sept personnes mises en examen devraient comparaître devant le tribunal correctionnel avant la fin de l’année 2021.

Etienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon a annoncé le 14 septembre avoir rendu un réquisitoire définitif au magistrat instructeur. Il appartient maintenant à ce dernier de solliciter l’audiencement d’une affaire qui avait suscité colère et incompréhension de la population du quartier sensible de Besançon.

31 décembre 2019, cinq individus se présentent à la fourrière municipale de Planoise, se font ouvrir la porte par les gardiens et brûlent une BMW X6 avant de s’enfuir en tirant en direction des vigiles. L’incendie va se propager à tout le parking au risque même de fragiliser la structure en béton qui supporte le centre commercial Intermarché de la Place Cassin.

Le véhicule en cause avait été volé dans la région de Mulhouse et avait servi dans les tirs à répétition le 25 décembre 2019 entre deux bandes de trafiquants de drogues, ceux de « La Tour » et ceux « de Picardie ». Le procureur l’a clairement confirmé « le véhicule en question avait été identifié dans une station-service alors que ses occupants remplissaient une bonbonne de 5 litres d’essence ». Le but était de brûler intégralement le véhicule pour effacer toute trace éventuelle d’ADN ». Sans les caméras de vidéo-protection, les enquêteurs de la PJ de Besançon auraient eu le plus grand mal à identifier les auteurs.

Sept personnes mises en examen et renvoyées devant le Tribunal Correctionnel

Cinq individus sont les probables auteurs de l’incendie mais trois contestent formellement avoir participés à l’agression. Deux individus ont reconnu les faits. Tous âgés entre 20 et 28 ans, trois sont incarcérés depuis 18 mois, trois sont placés sous contrôle judiciaire et un individu, probablement le commanditaire, est en fuite et sera donc jugé par défaut.

Le trafic de drogue et la guerre des bandes au cœur de l’affaire

Pour Etienne Manteaux, il s’agit d’une affaire criminelle « à tiroirs ». Les tirs à armes lourdes du 25 décembre 2019 feront l’objet d’un renvoi en correctionnelle au cours du premier semestre 2022. Et la guerre entre « la bande de la Tour » et « la bande de Picardie » a abouti au meurtre de sang-froid le 8 mars 2020, de Houcine Hakkar un jeune mécanicien de 22 ans, totalement étranger au trafic de drogue (il avait eu le malheur de conduire un véhicule de la même marque et couleur que celle d’un membre d’une bande).

C’est donc grâce à la persévérance des enquêteurs et de la chaîne judiciaire qu’une partie importante du trafic de stupéfiants a pu être démantelé sur Planoise. Le meurtre de Houcine Hakkar fera l’objet d’un renvoi aux Assises pour assassinat en bande organisée.

Tout le monde ne peut qu’aimer la police, elle agit pour la tranquillité publique au risque quotidien de la vie des policiers et gendarmes. Tout le monde ne peut qu’aimer la vidéo-protection qui, comme son nom l’indique, protège les habitants et permet la résolution rapide des affaires criminelles.

Yves Quemeneur