L’Intelligence artificielle au service des secours

114
L'Intelligence Artificielle au service des secours ©YQ

Le dispositif s’appelle PredictOps. Il est développé depuis deux ans conjointement par le SDIS 25 et le laboratoire FEMTO-ST basé à l’IUT de Belfort-Montbéliard, un équipement unique en France.

“Est-il possible de prédire le nombre, la nature et le lieu des futures demandes de secours ?”

C’est à cette question vitale de « faire toujours mieux » que les sapeurs-pompiers du Doubs et le laboratoire universitaire FEMTO-ST se sont engagés à répondre au début 2019. Après deux longues années de recherches et de collectes de milliers de données, la réponse est OUI. Elle va permettre, en particulier dans le secours aux personnes, de gagner de précieuses minutes dans les missions de secours 24h/24 et 7j/7.

Le commandant Guillaume Royer-Fey pilote PredictOps pour le SDIS 25 ©YQ

Piloté par le commandant Guillaume Royer-Fey pour le SDIS25 et par Christophe Guyeux Professeur des universités et directeur de thèse chez FEMTO-ST, le projet a été validé dès le mois de janvier 2019 par Christine Bouquin la présidente du conseil départemental du Doubs et le contrôleur général Stéphane Beaudoux. Il fait l’objet d’un sujet de thèse pour Selene Cerna, de l’université de Sao-Paulo, doctorante en Intelligence Artificielle (IA) à l’institut Femto-St.

Trois objectifs majeurs pour PredictOps

Le service d’incendie et de secours est confronté depuis plusieurs années à un effet ciseaux entre les sollicitations opérationnelles en forte augmentation et des ressources humaines et financières qui peinent à suivre le même rythme.

Le premier objectif est stratégique. Il s’agit d’anticiper l’évolution des risques à couvrir, définir les futures implantations de casernes les mieux adaptées à l’évolution de la population et optimiser les ressources humaines et matériels des structures de secours.

Le second objectif est de mieux répondre aux besoins en situation de crise (inondations, incendies de grande ampleur, mouvements sociaux…) afin de préparer l’engagement opérationnel le plus en amont de la crise.

Enfin, le troisième objectif répond à un besoin tactique « du quotidien ». Il s’agit de donner plus d’agilité dans le déploiement des secours, voire de pré-positionner personnels et matériels au plus près d’éventuels besoins.

Le centre opérationnel départemental d’incendie et de secours de Besançon occupe 5 pompiers sur des rotations de 12h pour répondre aux appels du 18 et du 112 24h/24 ©YQ

L’Intelligence Artificielle améliore le temps de réaction des 38 000 secours à victimes comptabilisés par les sapeurs-pompiers (18 et 112) chaque année dans le département du Doubs. Le moteur d’intelligence artificielle compile en temps réel toutes les données des interventions de secours et charge en permanence plus de 1 200 variables explicatives (météo, qualité de l’air, réseaux sociaux, saisonnalité, densité et état des routes…). Les algorithmes éditent en temps réel une cartographie des prédictions d’intervention de 1h à 24h.

A titre d’exemples, cela permet sur l’agglomération de Besançon de pré-positionner l’une des neuf ambulances de secours aux personnes, permettant ainsi un gain de temps précieux dans le traitement des victimes. Ou d’anticiper les besoins en pompiers volontaires en les alertant à l’avance d’une probable mobilisation imminente.

Le moteur développé offre une fiabilité des prévisions de plus de 80% dans l’heure et de 100% dès la 3ème heure. “L’intelligence artificielle n’est qu’une machine au service de la prise de décision” souligne le commandant Royer-Fey. “Le problème reste la collecte des données. Plus on a de données, plus la prédiction est exacte”. C’est l’une des raisons pour laquelle le SDIS 25 souhaite étendre le dispositif au-delà du seul département du Doubs. A ce jour, 5 autres services départementaux de secours sont intéressés pour intégrer la base de données. Les premiers contacts ont également été pris sur l’arc méditerranéen pour mieux anticiper les feux de forêt.

L’application est en test réel depuis le mois de février 2021 au CODIS du Doubs. Ce test démontre une prédiction très fiable sur l’ensemble des interventions. Certaines prédictions seront affinées par secteur géographique (par quartiers pour Besançon par exemple).

Grâce au SDIS 25 et au laboratoire FEMTO-ST, la capitale comtoise et le département du Doubs sont encore à la pointe des technologies du futur pour améliorer sans cesse la qualité des interventions de secours.

Yves Quemeneur