L’orchestre Victor Hugo “à l’ombre du géant”

116
L'orchestre Victor Hugo Franche-Comté "à l'ombre du géant"

La “Dixième Symphonie de Beethoven sera jouée pour la première fois en France au théâtre Ledoux de Besançon le vendredi 9 octobre à 20h sous la direction de Jean-François Verdier avec le soliste Nick Woud.

Alors que la “neuvième” n’était pas encore achevée, Ludwig Von Beethoven avait commencé à noter des idées pour une dixième pièce symphonique. A quoi aurait-elle pu ressembler ? Barry Cooper, grand spécialiste de Beethoven, a repris une cinquantaine de fragments déjà écrits par le compositeur, composant les autres pour reconstituer le premier mouvement à partir de la description laissée par Karl Holz, le violoniste autrichien secrétaire de Beethoven à la fin de sa vie.  Créée à Londres en 1988 pour la Royal Philarmonic Society, cette symphonie est jouée pour la première fois en France.

Seconde œuvre jouée ce même vendredi 9 octobre, la Symphonie n°1 de Johannes Brahms. Il se serait décidé à l’écrire après avoir trouvé une plume sur la tombe de Beethoven. Elle fut surnommée “la dixième de Beethoven”. Brahms aura mis 14 ans à achever cette première symphonie. Il voulait se montrer à la hauteur de son illustre prédécesseur. L’œuvre démarre sur une marche sombre marquée par les timbales, instruments mis en valeur par Nick Woud, compositeur néerlandais et timbalier solo de l’Orchestre royal des Pays-Bas.

“Lirico” un concerto pour timbales et orchestre
Nick Woud, compositeur et timbalier solo de l’orchestre royal des Pays-Bas

Grandement mises à l’honneur dans la symphonie de Brahms, les timbales n’ont eu que peu de concertos dédiés. C’est en partant de ce constat que Nick Woud a choisi d’écrire un concerto en redonnant aux timbales leur rôle essentiel dans la musique symphonique. Loin des simples passages rythmiques, des mouvements virtuoses et bruyants, le concerto “Lirico” de Nick Woud intègre les timbales à la musique où elles disposent d’une vraie voix mélodique.

Soirée musicale au compositeur de l’Ode à la joie, soirée de découverte des timbales, cet instrument doux et puissant, mystérieux et fier. L’Orchestre Victor Hugo Franche Comté fait constamment preuve d’innovation dans ses programmations, celle-ci en particulier.

Yves Quemeneur