L’UNC, un siècle d’histoire

1495
Valdahon et Vercel accueilleront le congrès départemental cette année.

L’Union Nationale des Combattants du Doubs tiendra en août prochain son assemblée générale à Valdahon et Vercel. Près de 350 adhérents composent ces deux sections qui s’unissent pour organiser l’événement.

Retour sur l’histoire d’une association née tout juste 15 jours après l’Armistice de 1918, créée par le célèbre Georges Clemenceau et le Révérend père Brottier. L’Union nationale des combattants (UNC) a, d’emblée, vocation à accueillir les anciens combattants mais aussi les veuves et orphelins de guerre. Ceux de la première guerre modiale donc mais aussi les combattants de 1939-1945, ceux d’Indochine, d’Afrique du Nord, des théâtres d’opérations extérieurs (TOE), les Opex, les anciens du service militaire, « tous soldats de la France, se retrouvent au sein de l’UNC dans le même esprit d’entraide et de camaraderie ».

L’UNC peut se targuer d’être à l’origine de toutes les grandes avancées obtenues en matière de législation combattante, notamment la création du Titre de reconnaissance de la nation (TRN) et l’accès à la retraite mutualiste dès l’obtention de ce titre ou encore  l’octroi de la carte du combattant aux anciens combattants d’AFN, notamment aux rappelés, satisfaisant à certaines critères de séjour.

« L’UNC est fière de son action passée au profit du monde combattant.
Elle est déterminée à poursuivre son combat pour défendre les intérêts matériels et moraux du monde combattant, et pour transmettre aux jeunes générations la mémoire des anciens qui se sont battus pour la défense des valeurs qui ont fait la grandeur et la gloire de la France. ». L’UNC accueille donc toutes les générations du monde combattant sans distinction d’opinion, de race ou de religion en plus de cette volonté de rassembler ; celle, ancrée dans ses fondations d’être très présente dans le domaine de l’action sociale inscrite dans ses statuts dès l’article 2 : « L’UNC exerce son action en venant en aide à ses adhérents et à leur famille ».

Il peut s’agir de demandes de secours auquel cas il s’agit d’identifier les personnes en difficulté financière ponctuelle et de leur venir en aide. Ces aides sont accordées en fonction des conditions de ressources, familiale et du type de dépense ponctuelle (achat d’appareillages, aide à l’installation de moyens plus adaptés facilitant la vie quotidienne). Des demandes d’aides sociales peuvent quant à elles concerner des frais d’obsèques, une aide différentielle (maintien à domicile, complément financier pour travaux..), une aide à la naissance, à la scolarité (rentrée des classes), un coup de pouce pour une reconversion ou encore une aide pour faciliter le départ en vacances des plus jeunes. Mais comme le précise l’association : « Toutefois, si efficaces que soient les dispositions législatives réglementaires ou sociales concernant les anciens combattants, jamais une administration attentive ne remplacera le geste, la présence et la générosité discrète d’un camarade.  Telle se présente l’action sociale de l’UNC ».