L’Université de Franche-Comté, vecteur d’attractivité du Grand Besançon

63

Dans une récente publication de l’INSEE, le territoire de Grand Besançon Métropole est l’un des plus attractifs en France sur les agglomérations de taille comparable.

Portée par la qualité de son université, de la réputation de l’ESMM et de l’ensemble de l’enseignement supérieur et de la recherche, la capitale comtoise séduit de plus en plus les jeunes âgés de plus de 18 ans, selon l’organisme national des études statistiques.

“Cette attractivité étudiante est cohérente avec les projets portés par GBM et l’UFC, en collaboration avec les CROUS et l’ENSMM, en matière de développement de l’enseignement supérieur et de la recherche” se réjouissent dans un communiqué Anne Vignot Présidente de Grand Besançon Métropole et Benoît Vuillemin, son vice-président en charge de l’attractivité du territoire, de l’économie et de l’enseignement supérieur.

La dynamique démographique de Grand Besançon est solide. La population y est plutôt jeune. Selon l’INSEE, 11 300 habitants sont venus d’installer dans le territoire en 2015. Afin de renforcer encore cette attractivité (qui ne date pas du 28 juin faut-il le préciser…) Grand Besançon Métropole a engagé avec la région Bourgogne Franche-Comté, un vaste plan de rénovation du campus de Bouloie-Temis. 30 millions d’euros ont été programmés pour la rénovation des bâtiments existants, les espaces extérieurs, de nouvelles infrastructures (learning center, jardin des sciences, équipements sportifs…). Bouloie-Temis va devenir un parc urbain ouvert à tous pour le rayonnement scientifique et économique de Besançon.

“En investissant de manière massive en faveur de l’enseignement supérieur, le Grand Besançon parie sur l’avenir et sur un développement dynamique de son territoire” conclut le communiqué. On ajoutera que le dynamisme d’un territoire passe prioritairement par le dynamisme et la création de richesses de ses entreprises.

Yves Quemeneur