Merci Dame Nature !

433
Un spectacle rare et impressionnant!

Trop souvent ces dernières années, la tristesse a dominé en voyant le Doubs disparaitre et la végétation souffrir de la sécheresse. Cet hiver, on respire. Et la nature aussi !

En aval de Villers-le-Lac, le Doubs s’enfonce dans une vallée profonde et sinueuse, formant de profondes gorges, cernées de hautes falaises calcaires et de noires forêts de sapins. C’est ici que l’audace des hommes a permis d’ériger entre France et Suisse un ouvrage d’art aux dimensions impressionnantes : le Barrage du Châtelot, construit de 1951 à 1953. Encaissé entre les deux versants rocheux abrupts, le barrage, quand la retenue est pleine d’une hauteur de 73 mètres, laisse s’écouler le trop-plein d’eau dans un bruit assourdissant. Bien sûr, actuellement, le niveau d’eau est bas mais l’ouvrage a lui seul mérite le détour. On peut y accéder par la commune française du Barboux et descendre en voiture ou à pied par les sentiers balisés. Mais un autre accès est possible depuis l’autre côté, le versant suisse. Aux Planchettes en effet, petit village qui surplombe le barrage, on peut d’abord profiter d’un magnifique point de vue à la roche Moron avant d’emprunter là aussi les sentiers qui mènent au Châtelot, ce barrage transfrontalier qui fait la fierté des riverains des deux pays et fascine d’autant plus quand l’eau atteint des niveaux comme ces derniers jours avec un débordement donnant naissance à un véritable rideau d’eau et une chute impressionnante.

Autre chute bien sûr à ne pas manquer en pareil cas, celle située quelques encablures en amont, l’incontournable Saut du Doubs. La plus haute chute naturelle du Massif jurassien, avec ses 27 mètres, un grand site national et premier site naturel de Franche-Comté compte parmi les lieux les plus remarquables de la région qu’il est impératif de voir et revoir, quelle que soit la saison. Au printemps, quand la nature s’éveille peu à peu, en été quand faune et flore sont à leur apogée, en automne quand le site retrouve le calme et les couleurs chaudes de la saison ou encore en hiver quand la glace vient figer les eaux et semble arrêter le temps sans oublier au moment où fonte des neiges ou pluie rendent la chute encore plus spectaculaire comme ces derniers temps.