Morteau. Morille a remis le couvert

388
Morille a fait un retour suprise durant ce second confinement.

Si vous n’avez pas profité d’au moins une des vidéos de Morille ces dernières semaines, vous avez dû vivre un confinement bien plus fade que tous ces gens qui le suivent et en redemandent. Des pastilles humoristiques à consommer sans modération !

On l’avait perdu de vue depuis 8 ans. S’était-il réfugié au fonds des bois pour échapper à toutes ces choses qui déjà à l’époque le mettaient en colère… le mystère reste entier. Toujours est-il que Morille est revenu avec toujours la même gouaille et un léger, mais alors très léger accent du Haut-Doubs. Les années ont passé « j’ai reçu le peuk et j’ai des poches sous les yeux » a-t-il tout de suite prévenu dès le premier jour mais qu’importe. Chaque jour, depuis sa voiture ou de son garage, il a servi deux à trois minutes de délicieuses anecdotes qui ont nourri les fans.

Un « Salut c’est Morille » suivi de son petit sifflement caractéristique et c’est parti pour des colères et autres réflexions à haute voix sur des sujets divers et variés mais qui causent à tout le monde. Les dangers du compteur Linky, les recherches en « smurfant » sur « les » Internet, les écolos, pas vraiment appréciés par Morille, tout comme ces bobos en vélo électrique qui se tiennent droits comme des i…On écoute avec attention son explication sur son empreinte carbone, sur la claque éducative ou encore sur les produits chinois qu’il faut toujours acheter au moins deux fois. Et que dire de son envolée quasi-lyrique sur « les théoriciens de la complote », l’occasion pour lui d’asséner quelques vérités, les siennes en tout cas, sur le Comté et la Saucisse de Morteau. Et puis parfois, entre deux ou trois conseils pratiques, Morille a besoin de se recentrer et de faire une introspection, sans trop de bruit autour de lui pour s’entendre réfléchir et avec un peu d’air frais pour s’aérer les neurones.

Si la Morteau s’est longtemps targuée d’apporter vingt centimètres de bonheur, Morille peut lui revendiquer d’avoir donné au quotidien deux minutes de bonheur durant ce confinement. Reste à savoir si après avoir mis l’eau à la bouche de ses fans, il va poursuivre à régaler les internautes. Ça dépendra peut-être de la groseille, sa chère et tendre, souvent évoquée mais jamais encore présentée face caméra. Tout juste une voix entendue le dernier jour du confinement lors d’une balade en forêt pour couper le sapin. On y voit à la fin Morille face contre terre, aussi abattu que l’arbre, avec comme chaque jour l’éphéméride, pardon « l’éphé-morille » beaucoup moins drôle que d’habitude :« A la Saint Roger, crevure tu finis composté ! ». En tout cas, si la Saint Morille existait, ce serait sans doute un jour pour dire merci pour ces tranches de vie !