Municipales à Besançon : Jean-Philippe Allenbach joue les entremetteurs

286
"Besançon vaut bien une messe"

Depuis plusieurs jours, le candidat régionaliste à la mairie de Besançon voudrait marier Ludovic Fagaut et Eric Alauzet. Il leur reste 3 jours pour passer la bague au doigt.

L’avenir de Besançon va-t-il se jouer sur un coup de téléphone ?

Dans un communiqué, Jean-Philippe Allenbach revient sur la liste « d’Union pour Besançon » réunissant Républicains, Macronistes et Régionalistes. Pour le chef de file des Comtois, les deux protagonistes qui seraient face à Anne Vignot le 28 juin seraient d’accord pour se rencontrer rapidement. “La mauvaise nouvelle, c’est que chacun attend maintenant que l’autre lui téléphone, aucun ne voulant faire le premier pas” poursuit Jean-Philippe Allenbach.

Un projet d’union qui soulève l’enthousiasme des bisontins ?

C’est tout du moins ce que prétend le régionaliste : “il en va de l’avenir de la ville. A défaut d’union c’est la victoire assurée d’Anne Vignot” martèle Jean-Philippe Allenbach qui ne porte pas dans son cœur “l’alliance écolo-socialo-communiste naphtalisée”

“Ceux qui répètent à l’envi que l’intérêt collectif doit primer sur l’intérêt individuel ne devraient pas faire capoter un projet d’union au nom d’un ego personnel quelque peu surdimensionné” conclut-il.

“Besançon vaut bien une messe” pour paraphraser Henri IV. (L’expression est issue du couronnement d’Henri IV, le 25 juillet 1593. Pour parvenir au trône et devenir roi de France, il dut se convertir au catholicisme). Réponse mardi 2 juin, date limite de dépôt des listes pour le second tour des municipales qui se tiendra le dimanche 28 juin.

Yves Quemeneur