Municipales à Besançon : les exclus du débat télévisé s’expriment quand même !

352
Elections municipales Besançon 2020
on passe du 22 mars au 28 juin. 3 mois de confinement électoral
Jean-Philippe Allenbach
Jean-Philippe Allenbach, tête de liste des “Régionalistes” ©YQ

La liste conduite par Jean-Philippe Allenbach se veut 100% citoyen. “Notre liste comporte 90% de personnes jamais encartées dans un parti politique. Ils ont, pour 1/3 moins de 30 ans, 1/3 de 30 à 60 ans, 1/3 plus de 60 ans. Les fonctionnaires y représentent 20%, c’est-à-dire à l’image de la population bisontine”.

Le chef de file des régionalistes “veut stopper le déclin de Besançon”. C’est l’essentiel de son programme “Besançon doit redevenir la capitale de la Franche-Comté et rompre avec la Bourgogne, cette incohérence historique”. Il confirme qu’il organisera, s’il est élu, un référendum consultatif ouvert aux seuls bisontins pour décider de l’abandon de la fusion des deux régions. Ce référendum consultatif sera ensuite étendu à toute la grande région. “Les régions auraient dû être consultées. Ce qui a été fait en dehors de la démocratie peut être défait dans la démocratie”.

Autour de l’attractivité économique et touristique qu’il souhaite relancer avec nos voisins suisses, Jean-Philippe Allenbach « invente » des leviers fiscaux innovants. Il est favorable aux travaux d’aménagement de la RN57 entre Beure et les tours de l’Amitié.

Jean-Philippe Allenbach est remonté comme un coucou “suisse” quand il évoque le débat télévisé sur France 3 Franche-Comté. Exclu du débat au prétexte d’un manque de place, il en a appelé au CSA. Sur proposition de la rédaction de France 3, il a finalement accepté d’enregistrer un clip programme de 45 secondes qui commence par ces mots “mon premier message est un coup de gueule contre France 3…On m’a dit qu’il n’y avait pas assez de places sur le plateau…Aussi, mon premier engagement si je suis élu est d’offrir des chaises à France 3 afin qu’à l’avenir, elle puisse organiser des débats véritablement démocratiques…”

La tête de liste des Régionalistes espère un score au-delà de 5%. “de 5 à 10%” dit celui qui s’était présenté une première fois en 2001. “Pour le second tour, je mettrai mon programme aux enchères”…Coup de griffe « de son chat Mascotte » à Eric Alauzet “Il serait capable d’accepter toutes mes propositions pour gagner des voix”. Plus sérieusement, il admet que les idées portées par Ludovic Fagaut sont plus proches des siennes.

Karim Bouhassoun
Karim Bouhassoun, tête de liste “Bisontines, Bisontins”©YQ

Du côté de la liste « Bisontines, Bisontins » menée par Karim Bouhassoun, qui rassemblait ses soutiens au Kursall, Salle Proudhon ce mardi 10 mars, “nous avons déjà gagné notre pari”. Inconnues, les 56 personnes qui l’accompagnent dans cette élection ont réussi à convaincre et expliquer sur un programme également “résolument citoyen”. Nouveaux dans le paysage politique bisontin, sans le soutien d’aucun parti politique, “Bisontines, Bisontins espère un score de 2 500 voix au premier tour” précise Gilles Vieille-Marchiset, Maître de conférence et n°3 de la liste.

Karim Bouhassoun n’en revient pas de la décision de la rédaction de France 3 d’exclure trois listes du débat prévu ce mercredi 11 mars. “Les prétextes invoqués par la chaîne régionale ne tiennent pas la route” s’insurge Karim Bouhassoun, qui a décliné l’offre d’enregistrer un clip de 45 secondes en début du débat. La tête de liste de « Bisontines, Bisontins » envisage un contre-débat à la même heure sur Internet.

Y-a-t-il des petites listes et des grandes listes ? Le principe démocratique veut que l’on donne la parole à toutes et tous, quel que soit le poids éventuel qu’ils pèsent dans une élection. Hebdo 25 Grand Besançon a veillé tout au long de la campagne à leur donner la parole. Ensuite, la décision appartiendra aux électeurs qui peuvent aller voter sans crainte le 15 et le 22 mars.

Yves Quemeneur