Naissance exceptionnelle au jardin zoologique du Muséum de Besançon

209
Le petit singe "Langur de François" est né il y a quelques semaines au Muséum de la Citadelle de Besançon © Stacy Girard/Muséum de Besançon

L’avenir du zoo de la Citadelle de Besançon avait marqué la campagne des élections municipales en 2020 (Hebdo25 Grand Besançon du 28 janvier 2020). Il y a quelques semaines, la naissance d’un bébé « Langur de François » apporte la démonstration de l’intérêt d’un jardin zoologique consacré à la préservation des espèces menacées.

Cette espèce de singes, qui doit son nom à un diplomate français en poste dans le sud de la Chine au XIXème siècle, est fortement menacée dans son habitat naturel par l’agriculture, les exploitations minières et la chasse alimentant la pharmacopée chinois.

On ne recense plus dans le monde que 2 000 individus dans la nature et 139 dans les jardins zoologiques. Cette naissance, la seconde de cette espèce à Besançon, est donc doublement exceptionnelle. Le Muséum de Besançon est le seul établissement français accueillant ces petits singes.

Depuis plusieurs années, le jardin zoologique de la Citadelle de Besançon s’est spécialisé dans la conservation et la reproduction d’espèces rares et menacées. 70% des animaux présentés à la Citadelle s’intègrent dans des programmes européens et internationaux pour la sauvegarde des espèces animales en danger. De ce point de vue, au niveau mondial, le Muséum jouit d’une solide réputation.

Félicitations aux heureux parents
 Ping la maman de 6 ans et le papa Johan âgé de 16 ans, tous deux nés au Royaume-Uni et résidant à la Citadelle respectivement depuis 2018 et 2012. Bao, le petit frère né en mars 2020 à la Citadelle aura un compagnon de jeux que les visiteurs du jardin zoologique de la Citadelle ne peuvent voir que quelques minutes par jour dans les bras de sa maman sous la surveillance des vétérinaires de la Citadelle.

Alexandre Arnodo, le directeur du site, nommé en novembre 2020, ne manque pas d’idées pour faire du chef d’œuvre de Vauban le lieu emblématique de Besançon. La réussite du « Qinze », le roof top qui domine la ville en est une. Gageons qu’il saura donner au jardin zoologique un avenir conciliant son intérêt scientifique, le bien-être des animaux et le côté pédagogique et ludique pour toujours plus de visiteurs.

Yves Quemeneur