“Noces d’argent” de l’échange franco-espagnol entre les lycées Marmier et Lizardi.

462
La réception des élèves espagnols (et français) par la municipalité a été un beau moment de convivialité et de fraternité.

Cela fait 25 ans déjà qu’un partenariat a été instauré entre le lycée pontissalien Xavier Marmier et le lycée Lizardi de la ville de Zarautz, située au pays basque espagnol.

Comme cela se fait traditionnellement dans ce type d’échange, les élèves français ont reçu leurs correspondants espagnols dans leurs familles, au cours de la première semaine de décembre.
A leur tour, les lycéens de Pontarlier se rendront chez leurs homologues de Zarautz en mars prochain.
En attendant, accueillants et accueillis se sont retrouvés samedi 7 décembre en fin de matinée, à l’invitation de la municipalité.
Mlle Masson, première adjointe au maire, a rappelé à quel point ce jumelage était une chance d’ouverture à une autre culture que la sienne, pour chacun des élèves présents. Elle les a remercié d’être des acteurs des relations internationales, comme elle a salué les professeurs espagnols et français d’être les artisans de cette fraternité.
Les lycéens espagnols ont mis fort à profit leur semaine passée dans la région avec la visite de la taillanderie de Nans Sous Sainte Anne, de l’ENIL de Mamirolle, du fort Saint Antoine, et des villes de Besançon, Strasbourg, Dijon et enfin Genève…
A l’assemblée présente, les basques ont présenté deux aspects de leur culture. Un très beau solo d’un jeune élève a d’abord permis de découvrir le “bertso”, une sorte de poésie chantée là-bas depuis assez peu de temps, avec ou sans instruments, seul ou à plusieurs. Ensuite, une très jolie sculpture basque, témoin de leur savoir-faire, a été offerte en cadeau à la ville de Pontarlier.
Quant aux espagnols, ils sont repartis avec un joli cadre de la Porte Saint-Pierre et un ensemble d’absinthe offerts par la municipalité.
Pour preuve de l’utilité de tels partenariats, Marie-Odile de Levier, qui accompagnait sa fille Noa, confiait: “Le contact avec Sarah (NDLR: correspondante de Noa) a été très facile. Cela s’est très bien passé. Une soirée bowling les a réunis, nous avons organisé une soirée à notre domicile avec quelques autres correspondant(e)s. Les ados ont passé un moment entre eux sur Pontarlier. A travers l’expérience de ma fille, que j’ai indirectement partagée; cela m’a donné envie d’aller plus loin dans cet échange et de me renseigner sur l’opportunité de rejoindre l’association qui organise ce jumelage entre les deux villes.”