“Nous ne lâcherons rien sur les valeurs qui nous font vivre”

180
La Maire de Besançon Anne Vignot et Abdel Ghezali son premier adjoint, tenaient une conférence de presse ce lundi 19 octobre suite à l'assassinat du professeurs d'histoire-géo de Conflans Sainte Honorine ©YQ

En empruntant les mots de Philippe Meirieu au cours d’une conférence de presse ce lundi 19 octobre, la Maire de Besançon Anne Vignot a dit “sa tristesse et sa colère, sa détermination aussi à ce que la liberté d’expression et l’éducation continuent à constituer les fondements de notre société”.

Une fraternité contagieuse

“L’assassinat d’un enseignant de l’éducation nationale, un homme au service de l’émancipation de nos enfants, de notre jeunesse, est un acte abominable fait pour terroriser les garants des valeurs républicaines. C’est la volonté de faire reculer les principes fondamentaux que sont la liberté, l’égalité, la fraternité ET la laïcité”.

Reprenant les propos de Philippe Meirieu, Anne Vignot poursuit “Nous ne voulons pas faire aux terroristes le cadeau de notre désespoir. Nous ne voulons pas non plus, laisser les amalgames et les logiques de bouc émissaire nous emporter dans une surenchère de la haine…nous continuerons à accueillir chacune et chacun avec ses singularités…sans transiger sur la liberté de penser par soi-même, l’égalité de tous les humains et la fraternité contagieuse afin que nos enfants construisent un monde où l’on ait plus à pleurer l’assassinat d’un éducateur”.

Les Assises de l’Histoire des religions

La Maire de Besançon va proposer au Préfet, au Recteur de l’Académie et aux représentants des cultes l’organisation d’un temps de dialogue et d’explications autour de “l’intime des personnes”. Elle propose également aux enfants et aux parents la visite des lieux de culte et l’apprentissage de l’histoire des religions dans le cadre strict de la laïcité et du respect des autres. Selon Anne Vignot, les réunions sur la laïcité ne concernaient jusqu’à présent que des personnes déjà convaincues. “Il faut aller chercher celles qui sont loin de la liberté de penser”.

Repérer les signaux faibles de radicalisation

Abdel Ghezali, 1er adjoint à la mairie chargé des politiques sportives le martèle “ce qui compte, c’est la république et c’est l’école de la république qui a permis mon émancipation”. Sur les associations sportives en particulier, il souhaite agir sur la formation des bénévoles d’associations et que les élus soient plus présents sur le terrain. “Nous devons avoir une vigilance accrue sur le fonctionnement des associations et rappeler les droits et devoirs de la République”.

Plus de moyens pour les enseignants

Anne Vignot poursuit “Nous voulons être aux côtés des enseignants, dans tous nos quartiers et particulièrement dans ceux qualifiés de prioritaires, qui demandent des moyens pour leur permettre d’enseigner dans les bonnes conditions”. La maire a la volonté de “faire système” autour de toutes les écoles de la ville. “L’objectif est de faire vivre les valeurs républicaines dans tous les instants”.

Au-delà des actions existantes mais trop éparses, Anne Vignot en appelle à une politique coordonnée de tous les services publics pour apprendre à toutes et à tous les règles de la vie en commun.

Yves Quemeneur