« Nous sommes dans la minorité mais nous travaillons »

324
Ludovic Fagaut entouré d'une partie des élus (es) de la liste "Besançon Maintenant" ©YQ

Le vendredi 10 septembre, l’équipe de « Besançon Maintenant » emmenée par Ludovic Fagaut, faisait sa rentrée…en douceur mais fermement !

Le fiasco d’un système aberrant

Pour Ludovic Fagaut, la méthode de travail de la Maire de Besançon est aberrante. Quatre exemples illustrent la position des élus de la minorité. « J’apprends par un message What’aps de l’attachée de presse de la  mairie qu’une subvention de 10 000 euros devrait être versée à une ONG sans autre explication. Nous apprenons par la presse la fermeture de la Chapelle du refuge en pleine période touristique sans aucune explication. Nous apprenons également par un tweet la décision de Madame Vignot d’accueillir 16 réfugiés afghans sans que les élus en soient informés préalablement. Enfin, nous apprenons par les réseaux sociaux que la Maire de Besançon et Présidente de GBM engage une concertation en ligne sur l’évolution du projet de territoire sans que les élus de Besançon et de la Métropole en soient informés ».

118 propositions en un an

« Depuis le mois de juillet 2020, nous avons fait à la majorité 118 propositions d’actions pour Besançon et 65 propositions au conseil communautaire de Grand Besançon Métropole. Nous avons adressé 65 courrier à la Maire de Besançon…tous sans réponses » s’insurge Ludovic Fagaut. Le chef de file de la minorité municipale ajoute « nous avons dû saisir la CADA pour obtenir des documents sur le projet de Vaîtes…connaîtrons nous la vérité au prochaine conseil municipal du 30 septembre ? »

Une biodiversité mal maîtrisée, la négligence des espaces verts au détriment de la propreté de la ville…en matière de politique nature, l’opposition ne manque pas d’arguments « il y a 10 ans, Besançon était fleurie de 250 000 fleurs, en 2021 on en comptait plus que 50 000 » souligne Ludovic Fagaut à l’encontre de la mairie écologiste.

La question de la sécurité et des incivilités demeure le moteur des élus d’opposition : brigade anti-incivilités (qui dégrade paye), brigade canine de jour, armement de la police municipale, modernisation et développement de la vidéo-protection « la sécurité des habitants est la première des libertés » assène Ludovic Fagaut.

Si Christine Werthe « donne acte à la municipalité d’avoir amélioré le statut et le salaire des agents périscolaires », elle ajoute toutefois qu’il manque pour cette rentrée 179 places de cantine à Besançon. Question tourisme « le potentiel de Besançon n’est pas exploité » pour Laurence Mulot. « Nos propositions devraient permettre d’accueillir à terme environ 480 000 visiteurs à la Citadelle contre un maximum actuel de 300 000 ». Laurence Mulot ajoute « l’importance d’une agence d’attractivité pour la métropole bisontine. Et si nous validons le passage de Besançon en « commune touristique », nous craignons que l’exécutif en profite pour augmenter le versement transport payé par les entreprises bisontines de 1,80% à 2% de la masse salariale, un mauvais coup pour l’économie du territoire ».

Le conseil municipal sera chaud le 30 septembre à Besançon. Un an après sa défaite, Ludovic Fagaut n’entend pas « laisser tranquille » la Maire de Besançon.

Yves Quemeneur