Ode aux mamans

365
La soirée est aussi l'occasion pour les mamans de se connaitre entre elles.

Cette année encore, le 24 mai précisément, les élus masculins des Fins mettront les petits plats dans les grands pour honorer les mères vivant dans la commune. Un moment si précieux auquel le maire Bruno Todeschini et ses collègues sont très attachés.

C’est une soirée un peu hors du temps, une bulle loin de vos tracas du quotidien, une pause sans enfants et sans maris, ou papas parfois, juste pour les mamans qui l’an dernier étaient 250 au rendez-vous. « Moi qui ne suit qu’un père, et maire certes mais pas de la même façon, et surtout un homme, je ne vois pas forcément tout ce que vous, Mesdames, portez chaque jour au sein de vos familles. Peut-être que nous, simples hommes, nous reposons-nous sur vous d’une manière innée en sachant que vous allez si bien faire les choses, comme le faisait notre mère. Il est grand temps que ces acquis changent un peu et qu’enfin, vous puissiez vous aussi vous allégez l’esprit » avait souligné le maire dans son mot d’accueil l’an dernier.

L’édile explique que l’un des grands combats actuels est de remettre de l’équilibre entre hommes et femmes dans la vie quotidienne, pour que chacun puisse y trouver sa place, tout en respectant une part d’existence pour soi. « Je reste admiratif de cette pugnacité dont les mamans preuve chaque jour. Maman solo, maman à la maison, maman qui travaille, pas maman du tout, maman qui aime les mamans, … bref, les femmes d’aujourd’hui s’ouvrent de plus en plus et revendiquent finalement leur place dans la société ».

Être maman aujourd’hui, c’est tout à la fois être cheffe d’entreprise, directrice des ressources humaines, administratives, casque bleu, diplomate, cheffe d’atelier, infirmière, doctoresse et bien d’autres métiers encore… « Elles ont toutes les ressources pour faire avancer le monde d’aujourd’hui et diriger le monde de demain. Quand un blanc apparaît parfois dans le CV d’une femme parce qu’elle est restée à la maison pour s’occuper de sa tribu, il serait sans doute nécessaire d’y inscrire formation accélérée et polyvalente dans tous les domaines afin de montrer à quel point votre efficacité professionnelle peut être décuplée ».

Finalement, être mère ce n’est qu’une infime partie de leurs vies, sans doute la plus douce. D’où la conclusion d’un maire parmi les mères : « Je ne peux qu’admirer ces leçons de vie données chaque jour. Il faut que nous apprenions à partager, à nous investir pour que les mamans puissent prendre les places de dirigeantes, de meneuses, de maires, de ministres, de directrices, de chercheuses, de sportives… pour que les valeurs qui sont les leurs soient portées ».