On ne choisit pas l’air que l’on respire !

293
école Champagne Planoise
Alternatiba avait choisi l'école Champagne à Planoise pour sensibiliser à la pollution atmosphérique à quelques mètres de la rocade de Micropolis

Alternatiba Besançon, ANV-COP21 et le Collectif Pacte pour la transition organisaient ce mardi 21 janvier une action de sensibilisation devant 3 écoles de Planoise. Le but est d’interpeller les candidats à la Mairie de Besançon sur l’urgence à trouver des solutions concrètes sur la pollution de l’air.

Le trafic routier responsable de la pollution

Les « activistes » du Collectif veulent réduire la place de la voiture dans tous les déplacements et développer les mobilités alternatives pour tous. Le trafic routier génère 76% des émissions d’oxyde d’azote et 39% des émissions de particules fines (source ATMO BFC 2016). Selon Alternatiba, l’air est pollué sur le territoire de Grand Besançon Métropole et particulièrement à proximité des grands axes routiers. Cette pollution altère la santé, diminue l’espérance de vie et dégrade l’environnement. L’ADEME évalue à 48 000 décès par an l’impact de ces polluants atmosphériques (Source ADEME- septembre 2019)

Les candidats à la Mairie de Besançon doivent s’engager

D’après le rapport du GIEC, “50 à 70% des solutions se situent à l’échelle locale”. Alternatiba Besançon et le Collectif Pacte pour la transition invitent celles et ceux qui prétendent gérer la ville, à prendre des engagements forts. Il est urgent d’accompagner et de soutenir financièrement les mobilités douces (transports en commun, train, vélo, marche à pied…) qui limitent l’empreinte écologique et ont un impact positif sur la santé. Améliorer l’air à proximité des écoles, c’est aussi réguler la circulation routière à proximité des écoles. Réduire la place de la voiture en ville est un enjeu majeur pour Alternatiba.

Alternatiba et la RN57
Les militants d’Alternatiba ont bloqué symboliquement la circulation sur la rocade de Besançon pour alerter sur la pollution de l’air – photo Alternatiba Besançon

Pour l’association écologiste, terminer la rocade de la RN57 entre Beure et l’Amitié est une aberration. Les programmes électoraux qui montreront un encouragement à l’usage de la voiture individuelle et à faciliter la circulation des camions en ville seront considérés comme allant à l’encontre des engagements pris à Paris (COP21). “La fin de ce contournement est sanitairement et écologiquement insoutenable” pour les militants d’une écologie radicale.

Au transport par câble proposé par une candidate pour désengorger les accès automobiles de Besançon ou la proposition d’un autre candidat d’une alternative ferroviaire entre le plateau et Devecey, Alternatiba et le Collectif pour la transition n’y répondent pas, comme si leur choix électoral était déjà fait.

La qualité de vie sera un élément de choix dans les votes du 15 et 22 mars prochains à Besançon. Tous les candidats « verdissent » leur programme. Nouvelles technologies, intelligence artificielle, un urbanisme repensé au niveau de la métropole et des transports plus propres, les solutions alliant écologie et croissance existent. L’écologie n’est pas forcément punitive.

Yves Quemeneur