Orientations budgétaires 2021 pour Grand Besançon Métropole

169
Après les orientations budgétaires vient le temps de voter le premier budget de la présidence Vignot

Le Conseil communautaire du jeudi 25 février va devoir se prononcer sur les grandes lignes du budget 2021 de la Métropole bisontine avant un vote formel prévu le 8 avril prochain.

Le débat du 25 février revêt, pour le nouvel exécutif élu en juillet dernier, une importance toute particulière comme l’a souligné Anne Vignot. Il marque à la fois l’entrée de la Collectivité dans la nouvelle mandature. Il prend également en compte la situation sanitaire loin d’être réglée et qui affecte de façon significative les comptes de Grand Besançon Métropole.

Grand Besançon Métropole en première ligne face au virus
Depuis mars 2020 la collectivité a déployé de larges mesures d’accompagnement auprès des habitants, des entreprises, des commerces et associations du territoire pour garantir l’avenir économique. L’impact est estimé à près de 9 millions d’euros sur la seule année 2020 en manque de recettes et augmentation de dépenses. Pour l’année 2021, ce sont 2,6 millions d’euros auxquels s’ajoutent 1 million en frais de fonctionnement fléchés pour assurer l’économie du territoire.

Le Fonds Régional des Territoire (FRT) continuera d’être abondé en 2021, compte tenu de la poursuite de la fermeture administrative de nombreuses activités.

73,5 millions d’investissements en 2021

Malgré la situation économique difficile, Grand Besançon Métropole maintient un niveau d’investissement élevé, principalement dans son budget principal. Dans la conférence de presse de présentation des orientations budgétaires, la Présidente Anne Vignot soulignait “l’importance de « faire territoire ». Le projet de territoire voté à l’unanimité en 2018 n’est pas remis en cause, il devra être actualisé en juin en lien avec les stratégies d’aménagement du territoire”. Ses propos sont teintés d’une volonté de rupture, particulièrement sur les axes stratégiques de mobilités et sur la remise en question du projet de Grande Bibliothèque. Par contre, la Présidente de Grand Besançon Métropole a souligné l’importance du réseau cyclable, portant son budget d’investissement de 800K€ à 2 millions d’euros par an sur la durée du mandat actuel.  Elle a également maintenu les projets sur la rénovation du campus (Synergie Campus), l’inauguration prochaine de Bio-Innovation sur Temis Santé, tout autant que la restructuration du camping de Chalezeule et la seconde phase de rénovation de la base de loisirs d’Osselle-Routelle.

Anne Vignot a évoqué l’inscription des savoir-faire horlogers au patrimoine de l’Unesco, tout en esquivant l’épineux problème du programme d’aménagement de la RN 57. Cette colonne vertébrale indispensable à l’attractivité économique du territoire bisontin, ne pourra pas longtemps « être cachée sous le tapis ».

Pas d’augmentation de la fiscalité de la Métropole

Dans l’incertitude liée à la réforme de la fiscalité des collectivités locales, Grand Besançon Métropole fait le choix d’une stabilité des taux… ! Mais comme l’a rappelé utilement Gabriel Baulieu “la suppression de la taxe d’habitation et la réduction des impôts de production remplacés par une part de TVA et une compensation de l’Etat, prive la collectivité d’une autonomie fiscale, socle des choix budgétaires”. Il reste que la redevance de collecte des ordures ménagères augmente sensiblement de 4% sur l’année 2021 et l’augmentation (selon les communes) de la facture d’eau potable…s’apparentent à des augmentations d’impôt.

Une dette qui reste modérée

L’endettement modéré, malgré l’investissement tram à partir de 2013 et le niveau d’épargne brute satisfaisant, ont probablement permis au territoire du Grand Besançon d’amortir mieux que d’autres le choc de la crise sanitaire.

Budget 2021 de 308,6 millions d’euros

Avec des crédits ouverts en 2021 à hauteur de 190 millions et un budget consolidé de 308,6 millions d’euros “nous ne sommes pas petits bras” souligne Gabriel Baulieu premier vice- président chargé des finances à GBM.

Si la présentation des orientations budgétaires demeure en grande partie dans la ligne des mandatures précédentes, Anne Vignot souhaite rapidement imprimer sa marque « écologique ». La Présidente de Grand Besançon Métropole l’a confirmé “ce qui a été voté en 2018 doit être reconsidéré en tenant compte de l’urgence climatique”. Pourtant le projet de territoire a été voté à l’unanimité, y compris par Anne Vignot.

Le débat sur ces orientations budgétaires pourrait être houleux jeudi 25 février, entre poursuite de la construction des zones d’activité et zéro artificialisation des sols, entre Besançon capitale des microtechniques et l’absence d’un axe routier structurant, entre Planoise et son pôle numérique mais sans développement de la 5G ! Les sujets d’opposition ne manqueront pas.

Yves Quemeneur