Où déposer ses pesticides chimiques ? Quelles alternatives à adopter ?

72
Les pesticides interdits, il vous faudra trouver des solutions écologiques pour votre jardin.

C’est une petite avancée dans le monde de l’écologie : il est désormais interdit de posséder et d’utiliser des pesticides chimiques chez soi.

Depuis le 1er janvier 2019, désherber et jardiner se fera en respect total avec la nature, et sans usage de pesticides chimiques. Il est désormais interdit d’utiliser et même de stocker des herbicides (en vue de détruire les mauvaises herbes), les insecticides (afin d’éliminer les insectes indésirables) et les fongicides (qui luttent contre les maladies induites par des champignons). Si l’envie d’enfreindre la loi venait à vous chatouiller, sachez que vous seriez passible d’une amende salée de 150 000€ et que vous pourriez passer 6 mois derrière les barreaux.

La coccinelle, formidable alliée naturelle anti-pucerons.

Pour autant, hors de question de vous en défaire n’importe comment. Même vides, les flacons représentent un risque nécessaire et il est indispensable de vous rendre dans des centres de collecte spécialisés où ils seront collectés et traités correctement. Le mieux est encore de les déposer en déchetterie, vides ou pleins. Si jamais les emballages venaient à présenter un défaut d’étanchéité, apportez-les dans un sac de plastique transparent. Veillez également à ne pas mélanger les produits entre eux. Les produits chimiques récoltés à Pontarlier sont acheminés vers un centre spécialisé de Longvic où ils sont triés et revalorisés en énergie, dans le respect de l’environnement.

De très nombreuses alternatives écologiques fleurissent dans les magazines spécialisés et sur la toile. On pensera notamment au marc de café, que nous possédons tous et qui est un formidable répulsif à pucerons, ces envahisseurs de nos rosiers. Disposez-en au pied de votre plante et dites adieu aux indésirables. Le marc de café est également redoutable contre les escargots et les limaces qui ne semblent pas apprécier les douces senteurs de l’arabica (ou du moka, chacun ses goûts !). Quant aux félidés gratteurs de plantations, ils préféreront eux-aussi s’abstenir de grattouiller la terre parfumée au café.

Le site consoglobe.com donne une recette d’insecticide et pesticide maison, parfaitement écologique et efficace. Il s’agit de faire macérer deux têtes d’ail dans de l’huile végétale (comptez 4 cuillères à soupe environ), pendant 48 heures. Ensuite, ajoutez deux cuillères à café de liquide vaisselle et quatre tasses d’eau. Ce concentré est à diluer dans une proportion de 5%. Vaporisez ensuite le mélange sur les plantes à traiter en prenant bien garde de ne pas le faire en journée, les feuilles enduites d’huile pouvant brûler en plein soleil.

Voici une dernière astuce pour fabriquer votre propre herbicide 100% naturel et on ne peut plus facile à faire : l’eau des patates. Lorsque vous faites cuire vos pommes de terre, pensez à récupérer l’eau de cuisson et à vous en servir pour désherber vos allées. Un petit arrosage à l’eau de patates devrait bien vite faire disparaître les herbes disgracieuses, tout en préservant la nature environnante.

Quid de la bouille bordelaise ?

Longtemps utilisée par les jardiniers, la bouillie bordelaise était proclamée alternative écologique aux pesticides. Hors, de récentes études démontreraient que finalement, elle ne serait pas si inoffensive que ça … Ce mélange de chaux et de cuivre s’avérerait en réalité toxique. Le cuivre notamment, utilisé principalement contre le mildiou de la vigne, de la pomme de terre et la tavelure, est montré du doigt : il détruit les champignons souterrains, les vers de terre et les germes qui constituent la vie des sols. De ce fait, il appauvrit les sols et favorise la contamination des nappes phréatiques par d’autres polluants. Enfin, les particules de cuivre qui se jettent dans les cours d’eau sont toxiques pour les poissons et autres organismes aquatiques. A éviter donc !

Marie Rousselet