Pas d’interruption des primo-injections dans les centres de vaccination du Doubs

89

Jean-François Colombet félicite les habitantes et habitants du Doubs fortement mobilisés dans les centres de vaccination. “Les vaccins sont disponibles” confirme le Préfet du Doubs.

La campagne vaccinale s’accélère encore dans le département

Entre le vendredi 9 et le mardi 13 juillet, le nombre de patients vaccinés au centre de grande capacité de Micropolis a augmenté de 91% (le nombre d’injections passant de 995 à 1902 par jour) et de 439% pour les primo-injections sans rendez-vous (de 98 à 529 par jour).

Du 12 au 18 juillet, 24 225 injections ont été réalisées dans l’ensemble des centres de vaccination du Doubs, une forte augmentation par rapport aux semaines précédentes, due en particulier aux primo-injections qui ont bondi de 31,5%.

Ce rebond, s’il se poursuit au cours de l’été, laisse espérer parvenir à une couverture vaccinale suffisante pour atténuer la vague d’hospitalisations liées à la diffusion exponentielle du variant Delta précise le communiqué de la préfecture.

Suite à la résorption des stocks de vaccins accumulés ces dernières semaines (avant l’annonce du président de la République…), l’allocation des doses à flux tendu est de nouveau instaurée. Chaque livraison hebdomadaire est ainsi consommée la semaine suivante.

Les primo-injections en centres de vaccination ne sont donc pas suspendues. Les créneaux s’ouvriront et se fermeront sur Doctolib et les autres plateformes de réservation durant tout l’été, dans le respect des quotas alloués à chaque centre.

Le Préfet rappelle enfin que la vaccination est toujours assurée par les professionnels de santé de la médecine de ville qui complète les disponibilités offertes en centres de vaccination.

Le regain épidémique constaté sur l’ensemble du territoire national du fait du variant Delta doit inciter tous les habitants à prendre rendez-vous pour se faire vacciner sans attendre. Le vaccin, pour toutes les tranches d’âge, reste le meilleur moyen de contrer cette pandémie, de garantir la poursuite d’une vie « presque » normale et d’éviter les formes graves de la maladie.

La Rédaction