Pays de Maîche. Des pierres parfois bien mystérieuses

367
Le lt du Doubs garde les stigmates du tremblement de terre de Bâle.

Quelle histoire se cache derrière ces blocs de pierre petits ou grands que l’on trouve ici où là dans nos campagnes ? Eléments d’explications géologiques, historiques ou imaginaires…

Le long du Doubs franco-suisse, des dégâts importants ont été provoqués par le tremblement de terre historique de Bâle en 1356. L’échelle de Richter qui sert à mesurer la puissance des séismes n’existait pas encore mais plus tard, les experts estimeront à 6,9 l’importance de cet épisode. Des pans entiers de la montagne qui surplombe le Doubs se sont produits du côté de Charmauvillers. Des blocs énormes qui depuis des siècles sont visibles comme par exemple au bief d’Etoz, là où se sont installés plus tard les maîtres-verriers ou encore dans la vallée de la mort au pied des échelles du même nom. En quelques secondes il y a presque 700 ans, la nature a montré qu’elle n’avait aucune frontière et a rappelé l’homme à sa petitesse face aux éléments.

Autres pierres étonnantes en bordure d’un champ à Damprichard, Montandon, Ferrière-le-Lac ou encore à Courtefontaine. Des pierres levées parfaitement alignées. On aurait pu penser à des pratiques héritées du Néolithique voire pourquoi pas de pratiques celtes comme on en a connu dans la vallée du Dessoubre. En réalité, ce sont les paysans d’autrefois qui les plaçaient ainsi tout simplement pour délimiter les parcelles de terrain comme ce fut le cas avec les murs en pierres sèches qui permettaient de réutiliser le résultat de l’épierrage effectué sur place.  Certaines de ces pierres un peu plus larges et assez rapprochées, percées d’un trou circulaire dans leur partie haute, formaient probablement l’entrée du champ.

Et que dire enfin de ces autres pierres qui sont réputées tourner sur elle-même tous les 100 ans pour laisser apparaitre un trésor comme à Fleurey par exemple…là, ce n’est ni la nature ni la main de l’homme qui est en question mais une des nombreuses légendes rurales des siècles passés.