Pays de Maîche. L’indispensable service déchets

48
La collecte des ordures ménagères a été assurée sans interruption.

En plus d’assurer la continuité du service public en continuant à collecter les ordures ménagères, il a fallu durant de longues semaines faire de la pédagogie et évoluer en fonction de la situation sanitaire.

Informer le grand public de ce qu’il faut faire et ne pas faire a été l’une des principales préoccupations du service déchets de la communauté de communes du Pays de Maîche. Le site Internet, les réseaux sociaux et l’application téléphonique Vivre ici ont été utiles pour relayer les informations officielles. Par exemple, expliquer que les mouchoirs, masques et gants représentent un risque de contagion pour les personnels de collecte et donc qu’ils doivent être jetés dans des sacs ensuite placés dans la poubelle grise. Répéter encore et encore que les toilettes de sont pas une poubelle… les lingettes désinfectantes ont en effet été utilisées plus que jamais ces dernières semaines, et beaucoup s’en débarrassent en les jetant dans les wc plutôt que dans les poubelles. Un petit geste loin d’être anodin puisqu’elles ne se décomposent pas comme du papier et finissent par boucher les canalisations et obstruer les stations d’épuration.

A ces messages s’est ajoutée la nécessité de faire preuve de pédagogie pour inciter les habitants à utiliser autrement leurs déchets verts pendant la période de fermeture de la déchetterie. Le service a donc communiqué sur la méthode du mulching qui consiste à laisser sur place l’herbe finement coupée. Elle se décompose naturellement, apporte au sol des éléments nutritifs et maintient un bon apport d’humidité. La technique du paillis consiste quant à elle à étaler les tontes fraîches au pied des légumes et plantes ornementales.

Puis est venu le temps de la réouverture de la déchetterie de la CCPM. D’abord pour les professionnels un jour par semaine sur rendez-vous puis sous la même forme pour les particuliers dès le début du mois de mai. Suite à un appel téléphonique, un créneau horaire de 10mn était réservé pour accéder au site. Une organisation qui a permis de fluidifier le trafic en toute sécurité.

Enfin, il est indispensable de souligner et saluer ceux pour qui la crise sanitaire n’a finalement rien changé. En toute discrétion et efficacité, comme chaque jour de l’année, les éboueurs ont continué leur mission. Des dessins et mots de remerciements leur sont d’ailleurs parvenus au siège de la CCPM pour saluer leur travail et ces quelques lignes viennent s’y ajouter pour leur adresser des applaudissements qu’eux aussi méritent amplement.