Population : grouillons-nous ? 

216

Au premier janvier 2020, nous étions
7,7 milliards d’humains sur cette planète.

Chaque jour nous sommes 220 000 habitants supplémentaires soit près d’un Jura par jour. L’ONU prévoit que nous serons
10,9 milliards en 2100.

Bien sûr il y a eu le coronavirus et ses
500 000 morts à ce jour (série en cours). Mais le coup de frein est insignifiant et le confinement mondial avec un poil de promiscuité et l’arrêt de beaucoup de traitements contraceptifs (pour les rares planétaires qui y ont accès), ne laisse prévoir aucun infléchissement de la courbe.

En novembre dernier, 11 000 scientifiques ont signé un appel sur la crise climatique qui pointait du doigt notre prolifération démographique.

Notre taux de croissance actuel de 1,1% par an nous mènera dans le mur si nous regardons
ailleurs.

Une expérience sur des rats placés en surpopulation forcée montre qu’assez vite ils adoptent la solution la plus raisonnable : ils se bouffent entre eux.

Mais à quoi bon pleurer la michotte. Il est plus judicieux de chercher une solution.

Heureusement, pour ce qui nous concerne, on vient de la trouver !

L’idée date de la semaine dernière quand une députée MoDem Nathalie Elimas a proposé que les prestations familiales soient désormais
versées dès le premier bébé à tous les parents, sans condition de ressources.

« La modernité, c’est regarder les familles pour ce qu’elles sont au 21-ème siècle. Une écrasante majorité d’entre elles est composée d’un ou deux enfants et bon nombre sont monoparentales. Il faut donc adapter cette politique publique, la rendre plus efficace. »

J’allais le dire.

Ce qui me trouble c’est que je pense qu’elle a raison…