Premiers Sapins. Un livre de dessins sur le confinement

640
Carole Renaud a voulu immortaliser ses souvenirs dans ce livre.

Carole Renaud n’a pas cessé de dessiner pendant ces semaines si particulières durant lesquelles le monde s’est à nouveau arrêté. Créatrice de fresques et d’illustrations, Eclisse, c’est son nom d’artiste, a décidé d’en faire un livre.

Au printemps déjà, sa créativité avait débouché sur une exposition lui permettant d’exprimer son ressenti. Puis est venu le moment du reconfinement. Comme un deuxième coup de massue. Une nouvelle épreuve qui a débuté par l’annonce du Président de la République le 28 octobre. Elle a alors en tête les mots déjà entendus depuis des mois. « Quoi qu’il en coûte! ». Pour elle, à nouveau, toutes ses créations en extérieur et ses cours de dessin sont annulés et elle se retrouve enfermée dans son atelier dans la Commune des Premiers Sapins.

« Contrairement au premier confinement, c’est la colère qui me pousse à reprendre mes crayons face à un confinement inégal entre les « essentiels » et les « non essentiels » dont je fais partie » déplore-t-elle. « Le milieu de la culture est gelé, presque oublié et pourtant si cette culture n’existait pas, nous tiendrions difficilement dans ce contexte tragico-extraordinaire » poursuit cette artiste, désolé de constater impuissante que les inégalités se creusent entre ceux qui perdent tout et ceux qui continuent leur vie quotidienne. « L’injustice sociale grandit avec des lois très floues qui sont sur le point d’être votées, des personnes qui ne mangent qu’une seule fois par jour par manque de moyens, ou des petits commerces qui sont obligés de fermer alors que les grandes surfaces restent toujours ouvertes ».

Alors, Eclisse dessine jour après jour et poste ses créations sur les réseaux sociaux. « Cela devient un exutoire pour moi » confie-t-elle. Drôle d’époque qu’elle veut marquer de son empreinte avec un livre illustré qui va regrouper tous les dessins commentés réalisés au cours de ce reconfinement et quelques autres sortis de son imagination au cours de l’été.