Problème d’alcool : les chances d’en sortir sont accrues sur le Grand Pontarlier

870

Extrêmement bien structurée, l’association Alcooliques Anonymes (AA), reconnue d’utilité publique, compte de nombreux référents en régions.

L’un d’entre eux, que nous appellerons Michel (*), a accepté de lever le voile sur une partie de l’organisation. 

En toute franchise, et pour reprendre son expression, Michel nous indique que celà fait 11 ans qu’il a “posé le verre”. Il explique d’abord que l’alcoolisme est une maladie, à part entière, reconnue par l’OMS (Organisme Mondial de la Santé). La consommation excessive ou trop régulière d’alcool est devenue aussi un problème féminin, puisqu’aujourd’hui, dans ce domaine, la parité est quasiment atteinte. Michel ajoute que “l’alcoolisation est souvent dûe aux émotions négatives ou positives”.   Le plus difficile est peut-être le tout début, à savoir sortir du déni, c’est à dire, à un moment donné, ne pas ou ne plus se considérer comme un buveur excessif. 

A Pontarlier, pour ce qui le concerne, Michel a, à l’époque déjà, eu la chance de trouver au CSAPA (Centre de Soins d4accompagnement et de Prévention en Addictologie) local, l’aide dont il avait besoin. Dans son cas, c’était vital. 

Un sevrage lui a ensuite été proposé pendant 15 jours, puis il a pris part rapidement à un groupe de parole AA (NDLR: Entre eux, ils s’appellent “les amis”). 

Là, il a trouvé un refuge où le jugement n’existe pas. Chacun amène sa pierre à l’édifice et vient avec son parcours de vie. L’interêt réside aussi en celà que chacun des membres qui entre, bénéficie immédiatement des expériences passées, heureuses ou moins heureuses, des plus anciens. Il pourra s’en nourrir pour éviter des écueils annoncés par d’autres “amis” et se motiver au contact de leurs joies, passagères ou définitives. 

Les réunions d’AA font franchir progressivement les étapes (il y en a 12 , 1 par mois) pour parvenir à ce que Michel nomme une “abstinence heureuse”. Il a choisi cette association parmi d’autres, car elle est, selon lui, la seule qui propose un programme de rétablissement et où il existe une partie spirituelle à développer. 

La présence couplée et rare du CSAPA et d’AA, dans une ville moyenne comme Pontarlier doit faire mesurer aux personnes qui peuvent se sentir concernées, qu’elles ont peut-être, à portée de mains, la clé pour résoudre leur problème. 

(*) prénom modifié pour préserver l’anonymat cher à l’association

Pour tous renseignements: AA , MPT des Longs Traits, Rue de Vuillecin à PONTARLIER (réunion chaque mardi soir à 20h30, “ouverte” aux accompagnants le dernier mardi du mois).

CSAPA Tél: 03/81/38/53/64