Quand la solidarité redonne le sourire…

790
Sandra Tivan, pour qui "Sourire et Solidarité" avait été essentiellement créée en 2015, œuvre désormais en tant que vice-présidente de l'association. (Tout à droite sur la photo, à côté de Corinne Salvati, l'actuelle présidente)

Un jour, vous apprenez qu’un ami ou un collègue dont vous êtes proche, est touché par une maladie grave. En plus des tracas de santé et de sa nouvelle vie à gérer entre examens médicaux, traitements et parfois enfants à élever, cette personne doit faire face aux (lourdes) démarches administratives. De surcroît, il arrive qu’elle soit, à cause de la maladie, en fonction de règlements parfois incompréhensibles, confrontée à un important problème financier.
C’est cette histoire que Corinne Salvati a connu. Elle est informée, en 2015, que sa collègue de travail, Sandra Tivan, qu’elle côtoie au quotidien au sein de la MJC des Capucins souffre d’un cancer. 30 000 € sont en outre nécessaires pour la soigner dont 27 000 € ne sont pas pris en charge par les organismes de santé (sécurité sociale, mutuelle etc.) !
L’évidence s’impose à Corinne Salvati : aider Sandra, mais comment ? Au nom de toute l’équipe de la MJC elle “ose” en parler à Sandra qui “ose” également accepter la main tendue. Sandra répond que renseignements pris, elle ne peut accepter de dons divers sans être taxée par le fisc. L’idéal serait de créer une association. Ni une, ni deux. Corinne, épaulée de collègues de la MJC prend le problème à bras le corps. L’association “Sourire et Solidarité” voit le jour en 2015. Corinne Salvati en devient la présidente.
En 6 mois, les fonds nécessaires aux soins de Sandra Tivan sont réunis via différents biais tels que la participation d’autres associations (ligue contre le cancer, secours catholique etc.), l’adhésion de 10 € à Sourire et Solidarité accompagnée de dons libres. Certaines recettes de spectacles avaient également été reversées à l’association (notamment une soirée organisée par le restaurant La Médina).
Plusieurs actions sont toujours menées pour que d’autres personnes puissent en profiter: vente d’objets réalisés par des adhérents de l’association sur le marché de Noel ou à l’occasion de Mars bleu (1) , matchs basket/foot en coopération avec les clubs locaux etc…
S’il est vrai que “Sourire et Solidarité a été, à l’origine, créée pour Sandra Tivan, elle continue aujourd’hui à venir en aide, à l’échelle du département, aux personnes touchées par la maladie et le handicap, en ce qui concerne la partie non remboursée des soins thérapeutiques. Tout naturellement, Mme Tivan en est devenue la vice-présidente, aux côtés de son amie et collègue Corinne Salvati. Le conseil d’administration et elles décident de l’octroi des aides en fonction du sérieux du dossier présenté, et de nécessaires garanties. Parfois des aides ponctuelles telles qu’achat d’ordinateur pour un enfant dyslexique, remplacement de lunettes pour une fillette épileptique peuvent être allouées.
Indépendamment du soutien financier, l’association offre un incontestable soutien moral. Par son action, elle permet par son savoir-faire et les connaissances acquises en matière administrative de faire gagner du temps et de l’énergie aux malades.

(1) A l’instar d’Octobre Rose pour le cancer du sein, Mars Bleu agit en matière de prévention et de lutte contre le cancer colorectal. “Sourire et Solidarité” est l’association porteuse de Mars Bleu.