Quid du nouveau contrôle technique automobile ?

411

Le nouveau contrôle technique est entré en vigueur et fait trembler nombre de conducteurs, persuadés que leur véhicule ne le passera pas.

Le contrôle technique est obligatoire avant le quatrième anniversaire de votre véhicule et doit être repassé tous les 2 ans. Il a pour objectif de prévenir les risques graves de mise en danger et de défaillances, et d’assainir ainsi le parc de véhicules circulant sur nos routes.

Pour ce faire, des points de contrôle ont été renforcés, en vue d’une plus grande sécurité. Depuis le 20 mai 2018, ce ne sont pas moins de 133 points de contrôle qui sont vérifiés. Cela n’en fait que 10 de plus par rapport à avant. Le nombre de défaillances contrôlées a quant à lui bondi de 410 à 610.
La grande nouveauté réside en la détermination de défaillances dites critiques. Ces défaillances vous autorisent tout juste à faire rouler votre véhicule jusqu’au garage le plus proche, le même jour. A titre d’exemple, ces défaillances peuvent concerner l’absence de liquide de frein, une fuite de carburant, une mauvaise fixation du système d’échappement, … Ces problèmes mettent en effet la vie du conducteur, des passagers et des autres usagers de la route en danger. Jusqu’à maintenant, le contrôle relevait des défaillances mineures (à faire réparer sans obligation de contre-visite) et les défaillances majeures (obligation de réparation avec contre-visite, dans les deux mois).
Parallèlement, la durée du contrôle s’est quelque peu étendue, passant de 45 minutes à une heure environ. Le coût s’en trouve quant à lui légèrement impacté, du fait de la durée excédentaire. Il ne s’agit généralement que de quelques euros à ajouter à la facture finale.
Une nouvelle réforme du contrôle technique devrait voir le jour en juillet prochain. Elle vise tout particulièrement les véhicules les plus polluants.