Quoi de plus immatériel que le temps !

348
Jusqu'au 7 novembre 2021, le Musée international de l'horlogerie à la Chaux-de-Fonds et le Musée du Temps de Besançon présentent des regards croisés sur le monde immatériel de l'horlogerie dans l'arc jurassien franco-suisse ©YQ

En plein cœur du confinement, au mois de décembre 2020, l’UNESCO annonce l’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité du savoir-faire horloger et de la mécanique d’art de l’Arc jurassien Franco-Suisse.

Le Musée du Temps et le Musée international d’horlogerie de la Chaux-de-Fonds se sont associés pour la réalisation d’une exposition transfrontalière exceptionnelle. Les deux institutions sont reconnues dans le monde entier comme les gardiens de la mesure du temps. Les territoires français et suisses de l’arc jurassien cultivent une culture horlogère et mécanique d’exception. « Transmissions. L’immatériel photographié »

la machine horlogère photographiée comme des milliers d’abeilles dans la ruche ©YQ

L’exposition, enfin visible à la Chaux-de-Fonds et à Besançon, aborde ce patrimoine culturel immatériel au travers de la photographie. Parti pris ambitieux que de proposer une approche nouvelle et sensible des savoir-faire horlogers et de mécanique d’art. Six photographes, sélectionnés par un concours, ont arpenté le territoire franco-suisse de juin à septembre 2020 dans des conditions difficiles liées à la pandémie. Chacune et chacun avec un regard différent, ils ont exploré en toute liberté les ateliers, les entreprises, les musées et les écoles d’horlogerie de la région pour tenter de restituer le caractère indissociable des patrimoines matériel et immatériel, offrant une nouvelle interprétation des collections permanentes de ces deux musées gardiens du temps qui passe.

Laurence Reibel, Conservatrice en chef du musée du Temps à Besançon le souligne « Notre mission essentielle est de conserver l’histoire, de la transmettre. En jouant la carte de la complémentarité entre la création artistique contemporaine des photographes intégrée aux espaces permanents de nos musées, nous remplissons parfaitement notre rôle ».

Une exposition, deux lieux, six photographes
la gestuelle magique de l’horloger ©YQ

Le choix d’associer techniques horlogères et photographie d’art n’est pas anodin. « Les gestes si précis de l’horloger sont proches de ceux du photographe » explique Nicolas Surlapierre le directeur des musées du centre à Besançon. « Le parti pris est plus artistique que technique » précise-t-il, s’interrogeant sur l’opposition entre l’immatérialité des photos et le matériel des collections permanentes. On le constate en particulier dans la salle où est conservée la « Leroy 01 ». Cette montre-horloge astronomique demeure l’une des plus prestigieuses au monde, elle est l’emblème du savoir-faire horloger bisontin « montre la plus compliquée du monde pendant un siècle et référence mondiale en matière d’horlogerie française ultra-compliquée ». Exposée au musée du Temps, elle est au centre d’une série de photos de Christophe Florian intitulée « Hu/Mains ».

Pièce maîtresse du Musée du Temps à Besançon : la mythique « Leroy n°1 » ©YQ

Autre moment d’émotion autour des photographies de Raphaël Dallaporta. Sous les combles du palais Granvelle, entre le pendule de Foucault et le plan-relief de la ville, le photographe articule trois expériences autour du principe de rotation. Pour célébrer le patrimoine immatériel horloger, son attention s’est tournée vers le manuscrit de Padoue, première représentation détaillée d’une horloge connue à ce jour.  Intitulée « Astrarium », Giovanni Dondi élabora pendant quinze ans une extraordinaire horloge reproduisant les mouvements dans le cosmos de sept planètes (le Soleil, Mercure, Vénus, la Lune, Mars, Jupiter et Saturne). L’horloge achevée en 1380, fut considérée comme une nouvelle merveille du monde admirée par Charles Quint. En retrouver son interprétation photographique dans le palais Renaissance du conseiller de l’empereur est donc toute logique.

Trois photographes dans le cadre du musée international d’horlogerie de la Chaux-de-Fonds

« Clock and Clouds » – Jean-Christophe Béchet associe technologie et poésie, horloges et nuages. Ses photos confrontent les formes saillantes et coupantes de l’horlogerie aux paysages doux et verdoyants de l’Arc jurassien.

« Tempologie » – Marie Hudelot représente l’univers horloger jurassien en réalisant des totems façonnés avec des objets personnels et des pièces empruntées à cette « tribu horlogère » rencontrée.

« Face à face » – Le photographe Joseph Gobin a arpenté ateliers et écoles pour une galerie de portraits d’apprenants et d’enseignants en horlogerie. Son travail donne tout son sens au titre des deux expositions « Transmissions ».

Trois photographes dans les murs Renaissance du palais Granvelle à Besançon

« Mouvements du Monde » – Raphaël Dallaporta fait de ses installations et photographies le témoignage de ce que l’histoire, la science et la technologie nous transmettent de notre place dans l’Univers.

« Hu/Mains » – Christophe Florian se focalise sur le visible (binoculaire, pigments, poinçons) et sur l’invisible par l’identité partagée du geste horloger.

« Blind Date » – Thomas Brasey a pris le parti du profane. L’horlogerie est pour lui un monde magique qu’il tente de partager entre banal et mystérieux, entre visible et invisible, entre simple et compliqué.

La reconnaissance internationale de l’Unesco distingue le haut niveau d’excellence du territoire de l’arc jurassien franco-suisse depuis le XVIIème siècle. « Transmissions » est une leçon de choses pour l’avenir qui ne se construit que sur la connaissance et la reconnaissance du passé…Il ne faut pas oublier que l’Homme n’a jamais su et ne saura jamais maîtriser le « mouvement perpétuel » et que des artisans, des artistes, des techniciens, des inventeurs sont éternellement à sa quête. C’est aussi le sens de cette double exposition franco-suisse.

Yves Quemeneur

 

Plus d’infos sur l’ouverture des deux expositions jusqu’au 7 novembre 2021

Musée international de l’horlogerie de la Chaux-de-Fonds www.mih.ch

Musée du Temps de Besançon www.mdt.besancon.fr

Petit rappel : depuis la réouverture des musées en France le 19 mai dernier, les trois musées du centre de Besançon (Musée des Beaux-Arts et d’archéologie, Musée du Temps et Maison Victor Hugo) sont ouverts gratuitement au public jusqu’au 31 août 2021.