Rentrée 2023 : 1 000 étudiants en sanitaire à Temis santé

344
Dessiné par le Cabinet d'architecte Epicuria, le prochain centre de formation des professionnels de santé s'intègre parfaitement dans la topographie des Hauts du Chazal

Originalité ce 11 mars 2021. On ne posait pas la première pierre du nouvel IFPS (Institut de Formation des Professionnels de Santé) mais le « premier arbre » d’un édifice qui accueillera 1 000 étudiants et 50 formateurs à quelques mètres de l’UFR Santé et du CHU Minjoz.

Pour les inaugurations, on ne joue plus aux « apprenties maçons » mais plutôt aux jardinières. Symbolique le Gingko Biloba inscrit sa marque dans le prochain Institut de formation des professionnels de santé ©YQ

Le choix de l’arbre n’est pas seulement écologique. Le Gingko Biloba est la plus ancienne espèce d’arbre connue et est réputé pour ses vertus médicinales. Initié en 2012, le nouveau centre de formation des professionnels de santé regroupera en un seul lieu les écoles d’infirmières, de puériculture, d’aides-soignants et des masseurs kinésithérapeutes. L’institut formera également les cadres de santé et les ambulanciers.

Inauguration pluvieuse…les prises de paroles de Marie-Guite Dufay (Région) Chantal Carroger (CHU) et Anne Vignot (Présidente GBM) se tenaient au centre de maintenance des trams aux Hauts du Chazal ©YQ

Pour Christine Balland Masson, la directrice de l’IFPS qui a piloté le programme pédagogique du centre de formation, il ne s’agit pas d’un simple regroupement. « Nous allons passer de logiques d’écoles séparées à un site partagé pour apporter de la valeur ajoutée dans tous les métiers du sanitaire ».

D’une surface de plus de 7 000 m², le site est constitué de locaux d’enseignement, d’amphithéâtres (de 90 à 350 places), salles de travaux pratiques et salles informatique. Financé par la Région Bourgogne Franche-Comté à hauteur de 24 millions d’euros, le projet architectural du Cabinet Epicuria veut faire rentrer la nature dans les lieux, prendre partie de la déclivité du terrain et intégrer un jardin de plantes médicinales dans un atrium ouvert.

Avec la prochaine installation de l’IFPS, TEMIS Santé poursuit son développement pour garantir à Besançon sa place européenne des biotechnologies. « En matière de bio-médicaments, Besançon a cinq ans d’avance dans le monde » a assuré Anne Vignot, la présidente de Grand Besançon Métropole.

Yves Quemeneur