Rentrée à Jules Haag, la mythique « Horlo »

131
L'antique "Horlo" fêtera en 2022 ses 160 ans. Son bâtiment principal est, quant à lui, inscrit aux monuments historiques ©YQ

Jules Haag, un paquebot de 2 056 élèves appareille ce 2 septembre pour une nouvelle croisière vers les horizons du Bac et des diplômes d’ingénieurs.

Laurent Cagne est le nouveau proviseur de Jules Haag. Il vient de Châlon sur Saône ©YQ

« En 20 ans, je n’ai pas connu Jules Haag une seule année sans travaux ». Le propos d’un professeur du lycée Jules Haag illustre bien le mythique bâtiment, « l’Horlo » la pointe tournée vers la Citadelle, et qui va fêter en 2022 son 160ème anniversaire. Inscrit aux monuments historiques, L’Horlo c’est aujourd’hui plus de 2 000 élèves (50% en général et 50% en enseignement professionnel) dirigé par un nouveau proviseur venu de Châlon s/Saône. Laurent Cagne est entouré d’Etienne Bertonèche, proviseur adjoint en poste depuis 4 ans.

1 300 repas chaque midi préparés sur place par un Chef et quatre cuisiniers, 350 dîners pour les internes et autant de petits déjeuners. Le souci de la qualité est présent dans tous les coins d’une cuisine qui s’approvisionne en bio à hauteur de 20% et de produits locaux. Alimenter 1 300 élèves chaque midi est aussi un challenge dans le cadre sanitaire actuel. Ici, à Jules Haag, pas question d’une place sur deux au self « le niveau 2 n’est pas possible sur ce navire » confirme Etienne Bertonèche.

« Comment intéresser les nouveaux élèves de seconde » s’interrogent Laurent Cagne le nouveau proviseur du lycée Jules Haag, Marie-Guite Dufay la présidente de région et Jean-François Chanet le recteur de l’académie de Besançon ©YQ
Passage obligé d’une rentrée scolaire…les discours du proviseur, de la présidente de région, d’Anne Vignot la Maire de Besançon et de Jean-François Chanet le recteur de l’académie ©YQ

Marie-Guite Dufay avait fait le déplacement pour cette rentrée qu’elle souhaite orientée vers les filières professionnelles « Tant d’entreprises peinent à recruter de bons professionnels dans toute la région » insiste-elle. Jean-François Chanet, le recteur d’académie a profité de cette visite pour un propos quelque peu non conventionnel  « Trop d’élèves n’ont pas envie de venir à l’école…découvrez vos envies, vos passions et faites de votre métier futur un bonheur ». Ce n’est pas gagné !

Yves Quemeneur