Rouler pour travailler

105
Association
Philippe Petitpas vice-président de "la roue de secours", Hugues Menant Directeur de l'association et Odile Faivre-Petitjean vice-présidente du conseil départemental du Doubs ©YQ

L’association franc-comtoise “La Roue de secours” fête ses vingt ans d’existence en 2019. Le Conseil départemental du Doubs, partenaire de l’association depuis l’origine, vient d’offrir 5 véhicules du parc départemental.

Association "la roue de secours"
Odile Faivre-Petitjean remet les clefs et la carte grise de la première des cinq Peugeot 108 offertes par le conseil départemental du Doubs aux dirigeants de l’association “la roue de secours” ©YQ

Le 12 novembre 2019, Odile Faivre-Petitjean vice-présidente du conseil départemental du Doubs, remettait symboliquement les clefs de la première voiture à Hugues Menant le directeur de “La Roue de secours”.

Mobilité inclusive

Selon le responsable de l’organisation solidaire, 40% des employeurs peinent à trouver des salariés du fait de l’absence de mobilité. Le département est essentiellement rural et beaucoup de PME-TPE se trouvent éloignées des transports en commun. Pour les personnes en précarité financière ne disposant pas de moyen de transport, c’est un réel handicap dans le retour à l’emploi. Les femmes seules avec enfants sont particulièrement vulnérables.

En offrant un moyen de locomotion adapté (scooters et/ou citadines), les personnes en recherche d’emploi peuvent ainsi répondre à des entretiens d’embauches, accepter des formations et tout simplement entrer dans l’emploi sans la contrainte de la mobilité.

Le Conseil départemental dont les actions de solidarité sont au cœur de sa mission, trouve dans le partenariat avec “la roue de secours” un double intérêt : social en permettant une meilleure inclusion dans la vie active des personnes éloignées de l’emploi ; financier en sortant durablement ces mêmes personnes de l’assistanat du RSA. Opération gagnant/gagnant.

“La Roue de secours” une offre globale

L’association s’appuie sur des partenaires institutionnels et des entreprises qui offrent des véhicules de leur parc automobile, souvent des citadines ayant entre 10 et 15 ans avec 100 à 150 000 kilomètres. Ces véhicules sont en bon état, révisés, entretenus et offerts à la location à la journée ou pour une durée plus longue. Les particuliers peuvent également donner un véhicule à l’association, une action solidaire permettant une réduction fiscale de 66% (dans la limité de 20% du revenu imposable).

La précarisation d’une partie de plus en plus importante de la population nécessite un parc de véhicules à louer important. Sur Besançon, ce sont 17 voitures actuellement louées. Une trentaine est en préparation (dont les cinq du conseil départemental). Pour Hugues Menant, le besoin actuel sur le département est estimé entre 70 et 100 véhicules/an.

L’organisme solidaire dispose également de voitures à vendre. En bon état, contrôle technique effectué, révisés, ces véhicules d’occasion sont vendus entre 1500 et 3000€ maximum aux bénéficiaires.

Enfin, après le garage solidaire installé à Montbéliard en 2018, “la roue de secours” va ouvrir en janvier 2020 un second garage solidaire à Besançon (8 rue Jacquard dans la zone d’activités de Trépillot). Pour certains bénéficiaires qui disposent d’un véhicule vieillissant et ayant besoin d’être réparé, l’association offre des prestations de mécanique sur la base de 36€/heure par des mécaniciens professionnels.

Savoir bouger

“La roue de secours” intervient comme médiateur en mobilités pour conseiller les personnes sur les meilleures solutions de transport. L’absence de mobilité est l’un des principaux freins pour retrouver le chemin de l’emploi durable, que ce soit en zone urbaine ou rurale. C’est aussi un moyen pour les employeurs de trouver un vivier plus large de candidats pour répondre à leurs besoins de développement.

Yves Quemeneur

“La roue de secours” association créée en 1999 – 5 rue Charles Krug 25000 Besançon – Tel 03 81 83 13 28  – rouedesecours@wanadoo.fr