Sécuriser le monde rural et son environnement

458
convention DATER préfecture du Doubs
Tous les acteurs du monde rural impliqués dans la lutte contre l'insécurité autour du Préfet Joël Mathurin et du général de gendarmerie Stéphane Gauffeny ©YQ

Comment mieux lutter contre les incivilités et protéger encore mieux l’environnement. C’est l’objectif du dispositif d’appropriation territoriale environnementale et d’échange du renseignement (DATER) signé à la préfecture du Doubs le 19 décembre 2019.

La gendarmerie nationale assume la responsabilité de la sécurité publique sur 95% du territoire au bénéfice de plus de 50% de la population. Les gendarmes luttent au quotidien contre toutes les formes de délinquance et d’insécurité, qu’il s’agisse des vols, agressions ou délinquance routière. Ils interviennent également sur des domaines moins connus comme la protection de l’environnement, les problèmes de pollution des éléments naturels, la protection de la faune et de la flore.

Comment être mieux réactifs

La gendarmerie, comme bien d’autres services de l’Etat, effectue une mutation importante, en particulier en revoyant son implantation territoriale. Les nouvelles technologies ont envahi l’univers des “pandores”. Et toute l’action « back office » dont étaient chargées les brigades locales a été centralisée pour une meilleure efficacité. “Cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus de gendarmes en proximité de la population, bien au contraire” s’est empressé d’argumenter le général Gauffeny, commandant du groupement de gendarmerie du Doubs. Pourtant la population a ce sentiment d’abandon mais ce n’est qu’un ressenti !

Dans les affaires de délinquance et/ou d’incivilités, la réactivité permet une résolution rapide des affaires. C’est tout le sens de la convention signée ce vendredi entre de multiples acteurs du monde rural : les agriculteurs, les sociétés de chasse et de pêche, les maires, les gardes privés. L’ancrage dans leur territoire, un sens du civisme et la vigilance dont ils savent faire preuve dans leurs activités quotidiennes permettent de déceler et signaler à la gendarmerie des comportements ou des situations parfois en amont d’un acte délictueux.

Action citoyenne, pas de délation

Daniel Prieur, président de la Chambre interdépartementale d’Agriculture en donne un exemple “Chaque nuit, les camions de ramassage de lait sillonnent les routes de campagne pour collecter le lait dans les fermes. Ils peuvent être aussi les yeux de la gendarmerie”. En alertant en temps réel les forces de l’ordre, les habitants des zones rurales participent activement à la protection de leur territoire. Et le préfet Mathurin de conclure “L’Etat ne peut oublier ses territoires. La technologie libère du temps pour plus de contacts humains”.

Les acteurs signataires de cette convention ont chacun des domaines de compétences spécifiques et ils concourent ensemble à un territoire plus citoyen et plus sécurisant. C’est aussi cela la proximité.

Yves Quemeneur